Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Faune Guadeloupe

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 > >>

J'ai des chauves-souris sous mon toit ! 

Elles me gênent, comment m'en débarrasser sans leur faire de mal ?

 

Voilà une question qui est très régulièrement posée à L'ASFA et au Groupe Chiroptères de Guadeloupe. Dans les zones urbanisées, de nombreuses habitations sont occupées par ces petits mammifères indigènes.

Les chauves-souris que vous avez sous votre toit (précisément dans l'espace entre la charpente en bois et la toiture de tôle ondulée) sont très probablement des Molosses.

Des molosses ?

Il s’agit du terme général pour appeler les représentants de la famille des molossidés. 

En Guadeloupe deux espèces sont présentes : Le Molosse commun (Molossus molossus) et la Tadaride du Brésil (Tadarida brasiliensis)..

Ces petites chauves-souris ont une envergure d’une trentaine de centimètres et un poids qui oscille  de 8 à 19 grammes. Le Molosse commun présente un pelage variant du noir au roux. Il est légèrement plus grand (environ 6 cm) et plus lourd  que la Tadaride qui présente un pelage brunâtre pour une longueur de corps d’environ 5 cm. 

Toutes deux sont des insectivores. Elles se nourrissent exclusivemment d'insectes volants qu'elles pourchassent en plein ciel. Elles  consomment 40 à 50% de leur poids en insectes chaque nuit !

Ainsi une colonie de 20 à 30  Molosses communs  - l'espèce la plus commune dans nos bâtiments  -  va consommer en moyenne :

- 8 000 à 12 000 insectes nocturnes volants dont une majorité de moustiques, chaque nuit

1,5 à 5 millions d’insectes chaque année (soit 50 kgs )  !

 

Ces espèces jouent donc un rôle crucial en matière de lutte contre les insectes ravageurs des cultures mais aussi contre les arboviroses comme la Dengue ou le Chikungunia. 

C'est aussi pourquoi chacun doit absolumment préserver ces précieux auxiliaires de santé publique

 

En Guadeloupe les chauves-souris sont protégées par la loi, leur destruction est interdite et consitue un délit.

 

Notre premier conseil est de tout faire pour préserver la colonie qui gîte sous votre toiture ! 

Si vous êtes gênés par les déjections, vous pouvez installer une petite planchette avec un récipient qui recueillera les déjections. Ces dernieres constituent un excellent engrais naturel ( à diluer : 1 c à café pour 1 litre d'eau) !

Il n'y a rien à craindre de la présence de chauves-souris sous votre toit. 

 

L'Histoplasmose est une maladie plumonaire grave contractée par l'inhalation de spores de champignons se développant sur les fientes d'oiseaux ou de chauves-souris. Ce champigon ne se développe que dans des circonstances particulières : effectif d'au moins plusieurs centaines d'individus, atmosphère confinée et humide ... celle des grottes par exemple . Mais jamais par le guano d'une colonie de molosses squattant l'espace entre la charpente et la toiture de tôle.

 

En revanche, les personnes allergiques aux arthropodes ( insectes, acariens, ..) et asthmatiques peuvent être très incommodées voire déclencher des crises d'asthme.

Dans ce cas, l'exclusion de la colonie est à envisager mais elle ne doit en aucun cas conduire à la destruction des animaux ! 

 

Les fiches présentées en téléchargement vous aideront à exclure la colonie en douceur tout en lui offrant un gîte artificel de substitution

 

Fiche A - Méthode d'exclusion d'une colonie de chauves-souris molosses

Fiche B - Il y a une chauve-souris dans la maison

Fiche 1 - Les différents types de gîtes artificiels à molosses

Fiche 2 - La pose des gîtes artificels

Fiche 3 - Plan de gîte à chambre unique pour Molosses

Fiche 4 - Plan de gîtes à Molosses 2 chambres 

Fiche 5 - Plan de gîtes à Molosses 3 chambres 

 

 

PS : si votre habitation (garage, abri ..) ou un batiment inoccupé ou abandonné  est habité par un essain de chauves-souris plus grosses (guimbos) prière de nous contacter par mel : lasfa@wanadoo.fr

J'ai des chauves-souris sous mon toit
J'ai des chauves-souris sous mon toit
J'ai des chauves-souris sous mon toit
J'ai des chauves-souris sous mon toit
J'ai des chauves-souris sous mon toit
J'ai des chauves-souris sous mon toit
J'ai des chauves-souris sous mon toit

Voir les commentaires

                          Panneau extrait de l'exposition multimédia sur les Chauves-souris  de L'ASFA


Les Chauves-souris dites fissurocoles (qui aiment gîter dans les fissures) , le plus souvent le Molosse commun (Molossus molossus) et  parfois le Tadaride du Brésil (Tadarida brasiliensis) choisissent parfois de squatter la toiture des maisons créoles. Une petite colonie (généralement une tentaine d' individus ) prend place entre la charpente en bois et la toiture.

 

 

En premier lieu il faut absolument essayer 

de préserver la colonie  !


 

Pourquoi ?


- Des espèces anthropophiles : Peu d'espèce sauvages arrivent à s'adapter aux profondes modifications des milieux engendrées par l'Homme. Ces espèces ont su profiter du cactrère batisseur de l'homme qui continue à détruire en parrallèle beaucoup de gîtes naturels dans lesquels ces espèces trouvaient refuge auparavant (fissures des rochers, falaies, ... fissures des vieux arbres creux et morts ...).

-
 Ce sont d'effices insecticides naturels : une colonie de 30 petits molosses consomme chaque jour 8 à 12 000 moustiques par nuit, soit 50 kgs d'insectes volants nocturnes par an I

-
Il n'y a rien à craindre de la cohabitation avec des chauves-souris qui habitent sous le toit, sauf pour certains asthmatiques qui peuvent êtres sensibles aux résidus d'insectes contenus dans les déjections.

 

Des désagréments ?

  Le bruit
Les chauves-souris sont des animaux très sociaux : leur vie sociale est complexe et développée. Les petits cris que tu entends sont les cris sociaux (ce ne sont pas des cris ultrasonores) émis par les animaux pour communiquer entre eux . Notamment entre les petits et leurs parents.


Les déjections dans la maison ?
Pose une feuille de papier ou une petite planchette où tombent les déjections pour récolter ce guano.
Le guano de ces petites chauves-souris insectivores est un
EXCELLENT ENGRAIS NATUREL BIO ! (1 cuillère à café de crottes pour 1 litre d'eau).

 

Une forte odeur désagréable ?
Utilise du vinaigre blanc , de la poudre de bicarbonate de soude ou certaines huiles essentielles (citron, eucalyptus,...).

 

 

 

Si jamais tu décides vraiment l'exclusion,

 

il faut la réaliser de nuit et en dehors de la période de reproduction, plutôt en novembre -décembre sinon les petits restés au gîte vont mourir d'inanition !

 A la nuit tombée, pose un grillage en plastique à très petites mailles au niveau du trou de sortie, afin que les chauves-souris encore présentes puissent sortir mais pas rentrer.

Tu trouveras d'autres méthode d'exclusion douce : ICI 

Ne fais appel qu'aux sociétés qui respectent la législation et les animaux ! En effet toutes les espèces de chauves-souris sont protégées en Guadeloupe

 

Du coté de la loi : 

Nous bénéficions d'une protection légale forte !

- Au plan national : l'arrêté ministériel du 17 avril 1981 protège toutes les espèces de chauves-souris présentes sur le territoire national.il est interdit de les détruire, mutiler,capturer,enlever , perturber intentionnellement [...].

- Au plan local : l'arrêté ministériel du 17 février 1989 interdit sur toute la Guadeloupe et « en tout temps, la destruction, la mutilation , la capture ou l'enlèvement , [...] le transport ,le colportage, [...] » des espèces de chauves-souris.

 

 

Molosse commun (Cliché : J. Barataud)

 

Pour tenter de compenser la perte de leur gîte installe alors « un nichoir à chauves-souris » à proximité de ton habitation.

Fabrique ta "Kaz a chov souris" : Bat house

 

 

Pa konet mové !

Nous pullulons? FAUX, chez la grande majorité des espèces, une femelle ne fait qu'un seul petit par an.
Ce très faible taux de reproduction est d'ailleurs compensé par une longévité importante.

Nous nous accrochons aux cheveux ? FAUX, notre sonar est bien trop perfectionné !

Nous suçons le sang ?
FAUX ! En Guadeloupe, aucune espèce n'est hématophage.
Les « vampires » - 3 espèces connues sur les 1300 espèces de chauves-souris connues dans le monde - vivent en Amérique du Sud et Centrale et s'attaquent surtout au bétail. Ils réalisent une petite morsure indolore d'où s'écoule le sang qu'ils peuvent alors sucer et laper.

Nous transmettons des maladies ?
Moins que les autres mammifères domestiques ou sauvages.
En Guadeloupe, il ‘y a pas de cas connu de rage ou d'autres maladies infectieuses transmises directement par des chauves-souris.

 

En consommant les moustiques vecteurs de maladie nous sommes plutôt de véritables auxiliaires de santé publique !

 

Attention toutefois comme tout mammifère, je peux mordre en cas de stress. Ne touche pas une chauve-souris sans gants épais.

 

Ne visite jamais une grotte à chauves-souris car dans certaines conditions (centaines à milliers d'individus générant une épaisse couche de guano, confinement, humidité) un champignon peut se développer sur les amas de guano et provoquer une maladie pulmonaire grave (Histoplasmose).

 

 


 

Voir les commentaires

Denis Cheissoux invité d'honneur de la 12 ième édition du TERRA Festival a consacré ses émissions "CO2 Mon Amour" et "un bol de nature" de France-Inter à la biodiversité guadeloupéenne.
Il a notamment rencontré en plein coeur de la forêt dense humide, Jean-Francois Bernard, Alain Rousteau, Janmari Flower et Béatrice Ibéné, présidente de L'ASFA.
Vous pouvez réécouter et télécharger les émissions sur le site de France-Inter
Denis Cheissoux et Béatrice Ibéné

Denis Cheissoux et Béatrice Ibéné

Janmari Flower, Denis Cheissoux, Alain Rousteau et Jean-Francois Bernard Janmari Flower, Denis Cheissoux, Alain Rousteau et Jean-Francois Bernard Janmari Flower, Denis Cheissoux, Alain Rousteau et Jean-Francois Bernard

Janmari Flower, Denis Cheissoux, Alain Rousteau et Jean-Francois Bernard

Voir les commentaires

caricature de SUGA sur les études et actions de l'ASFA

caricature de SUGA sur les études et actions de l'ASFA

La présidente de L'ASFA, Béatrice Ibéné, sera la présidente d'honneur de la 12 ième édition du TERRA FESTIVAL, festival du film de l'environnement et du développement durable.

Cette édition 2015 coincide avec l'Année des Sols 

 

Béatrice Ibéné, vétérinaire naturaliste aura plaisir à échanger avec le public lors de ces 3 trois temps forts :

 

  • Samedi 18 avril 2015 à 19 h 00 : Soirée "SAINTE-ANNE Mer ET Terre"  esplanade de la Mairie

- Guadeloupe, route du corail de Teddy Albert

- Fouler la terre jusq'au bout du Monde de Jean-Francois Wygas

 

  • Mardi 21 avril 2015 à 19 h 00 :  Soirée "Ces animaux malaimés" au Cinéthéatre du Lamentin

- Une vie de grand Rhinolophe de Tanguy Stoecklé

- Attaque de requin à la Réunion de Rémy Tézier

 

  • Jeudi 23 avril 2015 à 19 h 00 : Soirée  "Année des Sols" médiathèque du Lamentin 

- Chlordécone, poisson durable de Thierry Dérouet et Cécile Everard

- Pollution des sols, le scandale caché de Sarah Oultaf

 

L'ASFA tiendra un STAND au VILLAGE DU TERRA à la médiathèque du Lamantin le Samedi 18 Avril de 9 h à 18 h 00 : nous vous y attendons nombreux !

 

 

 

Télécharger le programme ! 

L'ASFA à l'honneur  au TERRA FESTIVAL 2015

Voir les commentaires

Published by asfa - - Asfa com (press book)

Première mention d'un scinque Mabuya sp. à Terre-de-Bas, les Saintes

Dans le cadre de son étude sur les Reptiles rares de l'Archipel guadeloupéen, L'ASFA a accueilli deux stagiaires étudiants en licence Science de Terre et de l'Environnement à l'Université des Antilles. Au cours d'une journée consacrée à leur formation sur l'île de Terre-de-Bas des Saintes, un travail d'enquête auprès des habitants nous a permis d'envisager sérieusement la présence d'une population de scinques sur l'île.

Aussi, nous sommes revenus sur l'île quelques jours plus tard pour tenter de vérifier ces informations. Malgré de longues recherches dans la zone désignée, nous n'avons pu observer un seul scinque sur le terrain. Notre enquête nous a toutefois menés chez un habitant qui détenait un scinque, trouvé dans son jardin et qu'il conserve dans une bouteille de rhum ! L'observation de ce spécimen nous fait le rattacher de façon certaine au genre Mabuya .

Cet habitant de Terre-de-Bas nous a confirmé que l'espèce était encore assez courante dans cette région de l'île il y a 5 ans, période à laquelle le spécimen a été collecté.

Preuve est ainsi faite de la présence d'une espèce de scinque Mabuya sp sur Terre-de-Bas. Reste à savoir si elle est proche ou identique à celle découverte en novembre 2014 sur l'île voisine de Terre-de-Haut (B. Angin & R. Gomès, 2015).

La possibilité d'une nouvelle espèce du genre Mabuya pour le banc des Saintes n'est donc pas à exclure et demande, au vu des forts enjeux de conservation de ce genre en Guadeloupe, à être objectivée rapidement par une étude moléculaire. Une estimation de l'état de cette population est également à réaliser urgemment.

A suivre donc !

R. Gomès et B. Ibéné

Nous remercions chaleureusement les habitants des Saintes pour leur accueil chaleureux et leurs précieux témoignages. En particulier Eric, Véronique, Gislaine et Claude.

Un spécimen de scinque Mabuya sp de Terre-de-Bas, les Saintes trouvé par un habitant dans son jardin. C'est la toute première mention de scinque sur cette île.

Un spécimen de scinque Mabuya sp de Terre-de-Bas, les Saintes trouvé par un habitant dans son jardin. C'est la toute première mention de scinque sur cette île.

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 > >>
Haut

Faune Guadeloupe

Site officiel de L'ASFA : L'Association pour la Sauvegarde et la réhabilitation de la Faune des Antilles. Etude et Conservation de la Faune sauvage terrestre de la Guadeloupe et des Petites Antilles : amphibiens, reptiles, oiseaux, mammifères (chauves-souris). Sensibilisation et alerte du public et des autorités sur les menaces qui pèsent sur cette biodiversité, singulièrement sur nos espèces endémiques (dégradation des milieux forestiers et des milieux humides, chasse, espèces exotiques envahissantes, pollutions, ...). Une association libre et indépendante de défense et de préservation de ce patrimoine unique !!

Hébergé par Overblog