Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Faune Guadeloupe

Béatrice Ibéné, Présidente de L'ASFA, était l'invitée de  l'émission "La Soirée du Doc " diffusée sur RFO le 22 octobre 2009 et animée par Patrice Gonfier. L'émission a été enregistrée le 12/10/2009.
REDIFFUSION DIMANCHE 25/10/09 à 10H40 SUR RFO

Les 2 invités,
Béatrice Ibéné pour L'ASFA et Wilfrid Démonio, chargé de communication du Parc National de la Guadeloupe devaient commenter le DOCUMENTAIRE " La nature de l'Avenir en Martinique et en Guadeloupe" réalisé par Véronique Merianec et coproduit par RFO Mrtinique et Bigbang Prod. Ce documentaire de 52 minutes fait partie d'un DVD intitulé "Sésame pour l'Avenir" (Antipodes productions). 

Le temps a manqué pour commenter tous les thèmes abordés dans le documentaire à savoir :
- l'écotourisme
- la mangrove
- les transports
- les déchets
- les nouvelles énergies
- l'agriculture
- la forêt
- les risques naturels
- l'eau douce
- la mer et ses ressources  


Revenons sur quelques aspects de la protection de nature en Guadeloupe abordés dans  documentaire :


  • Développer l'écotourisme en Guadeloupe? alors réduisons la pression de chasse!  nous constatons que la demande pour réaliser des activités écotouristiques est de plus en forte tant de la population que des touristes. Cette demande ne sera satisfaite que si la Guadeloupe peut montrer des animaux évoluant en milieu naturel principalement des oiseaux. Denis Girou (PNG) et Mylène Valentin (ONF) évoquent dans le reportage la difficulté d'observer des oiseaux en forêt. Il est vrai que les oiseaux forestiers sont généralement "timides". Cependant, il le sont d'autant plus en Guadeloupe du fait de la pression de chasse très importante depuis d'ailleurs le début de la colonisation européenne. Une chasse à l'origine, rappelons- le, de la disparition de plusieurs espèces de perroquets endémiques et des flamands roses. 

           
                                                                                        
          
    Pour preuve qu'
    en Guadeloupe c'est bien la CHASSE qui est le PRINCIPAL FACTEUR DE DERANGEMENT des oiseaux , les mêmes espèces farouches en Guadeloupe sont faciles à observer voire familières dans les îles ou ne chassent pas ou peu (les Saintes, Saint Barthélemy, Antigue, Sainte-Lucie...).    
     La Guadeloupe reste l'île des Petites Antilles  où :                                                - il ya le plus grand nombre de chasseurs (1500 à 2000 en estimant les braconniers)
          - il y le grand nombre d'espèces autorisées à la chasse  :  35 espèces !
          - la saison de chasse est la plus longue étalée de juillet à janvier: 6 mois !
           - des espèces menacées sont encore chassées comme la Grive à pattes jaunes ( classée Vulnérable par l'UICN, endémiques de 4 îles seulement, sous-espèce endémique de la Guadeloupe) mais aussi la Colombe à croissant, le pigeon à couronne blanche (ramier tête blanche), le pigeon à cou rouge (ramier)
           - peu d'espèces bénéficent de quota de chasse (2)
           - peu de gardes surveillent la chasse : 6 gardes chasse à L ONCFS !

  

Voilà pourquoi les aménagements situés sur le marais de Port Louis filmés dans le documentaire n'offrent pas plus d'oiseaux à oberserver. C'est la zone humide la plus chassée en Guadeloupe. Se promener sur les caillebotis qui invitent à découvrir cette mangrove de Port Louis (derrière la plage du Souffleur) peut même s'avérer dangereux les jours de chasse (nombreux tirs). Chaque année des échasses d'Amérique, de très beaux oiseaux peu farouches, tentent de s'y installer , mais en vain. 

    

L'ASFA soutient et collabore avec les prestataires écotouristiques réellement respectueux de la nature comme Archipel Aventure qui propose des sorties en VTT des mers pour découvrir la mangrove et  ses oiseaux. Depuis plusieurs années malheureusement d'autres prestataires proposent des sorties en bateaux à moteurs et foncent sur les ilets dortoirs pour faire s'envoler des centaines d'oiseaux devant des touristes ébahis ! Autant dire  que cette activité écotouristique risque d'être peu durable car les oiseaux finiront par déserter ce site suite à de tels dérangements !



L'ASFA propose aux collectivités de les aider à faciliter l'accès à l'observation des oiseaux des zones humides . Nous avons ainsi initié le projet d'observatoire ornithologique de Saint-Felix (avant la construction du port de pêche de l'Anse Dumont). L'observation des oiseaux dans ces milieux est une réelle source d'émerveillement, un excellent support pour expliquer les fonctions vitales de ces écosystèmes et sensibiliser à la fragilité de ces milieux. 


Mangroves et forêt marécageuse:
 
Les intervenants du documentaire soulignent bien les fonctions naturelles essentielles des zones humides aux Antilles : 

- refuge de biodiversité : ce sont des milieux de vie, sièges d'innombrables chaînes alimentaires (planchton, invertébrés vertébrés aquatiques, terrestres, aériens, ...), des nurseries qui hébergent mollusques, crustacés, poissons dont juvéniles et larves pélagiques profitent de la richesse nutritive du milieu. 
- épuration : elles retiennent sédiments et polluants
- éponges : elles stockent l'eau en saison des pluies et la restituent en saison sèche
- protègent de la houle des dépressions tropicales et cyclones
- stabilisent le littoral

l'Interdépendance forte des milieux insulaires tropicaux est bien soulignée dans le documentaire avec l'exemple des récifs qui dépendent de la protection des mangroves. Quand la déforestation touche une forêt littorale il faut bien comprendre qu'il y a aussi une atteinte des récifs situés dessous par une effet de sédimentation suite à l'érosion des sols. C'est une des raisons qui expliquent que les fonds marins soient en si mauvais état dans notre archipel. L'exemple récent de la demande de défrichement de plusieurs hectares de forêt littorale pour étendre le complexe hôtelier de la Toubana est abérrant ! Nous n'aurons bientôt   plus de coraux à montrer à ces touristes au prétexte desquels nous continuons à sacrifier nos dernières forêts littorales.                                                                                                                                                    
Il en est de même pour les espèces : elles sont interdépendantes.                       La disparition d'espèces dites clés peut conduire par des effets en cascade, à la fragilisation ou la disparition d''autres espèces de l'écosystème. Par exemple une fleur peut perdre son pollinisateur ou une graine son disséminateur.


  
  • Les déchets : pourquoi nous en sommes là en Guadeloupe: plus de 10 ans de retard ???!  Alors qu'il y avait l'argent de l'Europe disponible pour traiter les 600 000 tonnes de déchets ménagers que nous produisons chaque année.  La Martinique a un incinérateur de déchets ménagers depuis plusieurs années et cela n'a pas pour autant freiner le développement des filières de tri et recyclage. La Guadeloupe fait partie des 3 seuls départements français possédant encore des décharges illégales avec la Guyane et la Corse. La France paie d'ailleurs 56 millions d'euros de pénalités à l'Europe en raison de ces décharges. Parmi elles, celle  de la Gabarre qui a contaminé pour plusieurs centaines d'années sols et eau par des polluants divers sans parler des quantités de dioxine libérées lors d'incendies.


                              décharge de la Gabarre (www.aviation-civile.gouv.fr)
  • Des rapports de l'AFSSA/INVS soulignent le risque de des incinérateurs pour la santé de population (cancers, ...) mais ces rapports précisent qu'il s'agit d'une étude réalisée sur les anciens incinérateurs. Les nouvelles normes sont plus drastiques. Dans le contexte guadeloupéen (insularité, densité, surconsommation, ...) il nous semble que nous ne pouvons nous passer d'un tel dispositif.


    MAIS il faudra rester très vigilants sur le respect des normes par l'exploitant en particulier le renouvellement des filtres. Il faudra surtout que l'exploitant respecte les décisions de l'Etat.

    L'exemple scandaleux de l'usine d' Igetherm à Baie-Mahault est  malheureusement ahurissant. Ce collecteur -incinérateur de DASRI (Déchets d'Activité de Soins à Risques Infectieux ) ne respecte pas les normes les plus élémentaires en la matière, au mépris de la santé publique et de la nature. Des quantités de dioxines mesurées qui dépassent de beaucoup les normes admises, des ordonnances des services de l'Etat (DRIRE, DSDS) pour faire arrêter l'incinération  mais soit les fumées continuaient de sortir des cheminées, soit l'exploitant stockait les déchets TELS QUELS en lisière de la forêt marécageuse. Des photos de centaines de sacs et bidons jaunes (collecteurs de déchets hospitaliers dont des déchets infectieux) ont été prises après une période de pluies : on voyait ces sacs et bidons flottant en pleine mangrove !   De temps en temps un incendie s'occupait de réduire le stock de déchets accumulés (avec au passage encore plus de dioxine de libéré) . Durant tout ce temps l'usine continuait à recevoir des déchets (qu'elle était incapable de traiter dans les normes) et refusait de se mettre au normes malgré des subventions exceptionnelles reçues des collectivités !!! On est en droit de se demander ce qui a été fait de l'argent publique alloué pour une mise aux normes qui n'est jamais venue !

  • Voici quelques photos du site en juillet 2009  link   
    Merci à Mr De la Salette pour ce témoignage. On attend toujours que la presse informe la population sur ce sujet.

  • Les photos prises en octobre 2009 (22/10/2009):







    La loi
    et la nature :
     Oui il faut continuer à légiférer pour protéger les milieux naturels mais force est de constater qu'en Guadeloupe quand ces protections juridiques réglementaires fortes existent, elles sont bafouées par les décideurs, politiques et entrepreneurs. L'ASFA  a dénoncé plusieurs atteintes graves aux milieux naturels violant la " loi littoral"

      

  • L'Agriculture et les pesticides: le documentaire revient sur "les erreurs du passé" comme la monoculture intensive de la banane et son cortège de pesticides, en premier lieu le chlordécone. Ces pesticides font aussi des victimes parmi des animaux sauvages particulièrement les grenouilles qui, du fait de leur respiration cutanée y sont très sensibles. Ce sont des sentinelles de la qualité des milieux (pollution, sécheresse,...). C'est aussi l'occasion de rappeler l'importance des prédateurs naturels des ennemis des cultures que sont amphibiens, reptiles, oiseaux et chauves-souris insectivores. 

 

  • les Forêts : malheureusement le documentaire oublie la forêt des Grand Fonds très menacée par la spéculation du tuff (utilisé pour la construction de routes , des maisons et remblais divers) , l'extension de la pratique du charbon de bois et l'urbanisation galopante et anarchique. C'est pourtant une région unique au Monde et le poumon vert de la Grande Terre. Des oiseaux (des forêts sèches et humides)  y sont inféodés. C'est l'habitat principal du Pic de la Guadeloupe en Grande Terre, dernière espèce d'oiseau endémique de la Guadeloupe.

    Les remblais des fonds de ravines sont à l'origine de montées des eaux en période de pluies et l'érosion consécutive aux défrichements étendus, majorent le risque d'
    inondations. Sans parler des pertes de zones d'ombrage néfastes au bien être des habitants et des animaux d'élevage.

        



  • la Mer : Comme en témoigne tragiquement la raréfaction des lambis et des poissons côtiers : les ressources de la mer sont EPUISABLES ! Si nous souhaitons faire goûter à nos enfants et petits enfants ces produits de la Mer, à nous de les gérer enfin intelligemment !
    ... 

Voir les commentaires

Published by asfa - - Asfa com (press book)

L'enquête publique
sur le Schéma Aménagement Régional
de la Guadeloupe est lancée 


L'Avis de l'Autorité environnementale concernant l'évaluation environnementale du SAR de la Guadeloupe confirme que les prescriptions sont très insuffisantes pour la protection des milieux naturels de l'Archipel guadeloupéen. 



Téléchargez l'avis de l'AE :

                          091008_SAR_Guadeloupe_avis_rendu_cle734151-1.pdf 091008_SAR_Guadeloupe_avis_rendu_cle734151-1.pdf  


   
                                

Voir les commentaires

Published by asfa - - Milieux naturels

Faune Guadeloupe

Site officiel de L'ASFA : L'Association pour la Sauvegarde et la réhabilitation de la Faune des Antilles. Etude et Conservation de la Faune sauvage terrestre de la Guadeloupe et des Petites Antilles : amphibiens, reptiles, oiseaux, mammifères (chauves-souris). Sensibilisation et alerte du public et des autorités sur les menaces qui pèsent sur cette biodiversité, singulièrement sur nos espèces endémiques (dégradation des habitats naturels, chasse, pollutions, espèces exotiques envahissantes, ...). Une association libre et indépendante de défense et de préservation de ce patrimoine unique et irremplaçable !!

Hébergé par Overblog