Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Faune Guadeloupe

 

La déforestation résulte d’abord du grand développement de l’agriculture qu’a connu l’Archipel depuis la colonisation.  L’élevage a lui aussi connu un grand développement aux dépens des surfaces boisées.

Actuellement, c’est plutôt l’urbanisation galopante (expansion résidentielle, développement du réseau routier…) qui fait reculer les forêts guadeloupéennes.

 Parmi les nombreux exemples de fragmentation des habitats forestiers, celui de la zone des Grands-Fonds est particulièrement dramatique.

Dans cette région vallonnée, la forêt xéro-mésophile a subi des défrichements  inconsidérés pour les cultures vivrières et depuis quelques années c'est le développement du charbon de bois qui détruit les vallées boisées de cette belle région.  

Ce morcellement de la forêt s’aggrave aussi par l’excavation des mornes. Cette pratique dégradante s’opère à des fins d’exploitation de carrières de tuf, utilisé pour la construction de routes ou pour bâtir des habitations.

          

 

 

 

  A Saint-Martin, de nombreuses collines subissent encore un déboisement intensif par les brûlis au profit de l’élevage, les rendant impropres à la survie des lézards, notamment la sous-espèce de l’Ameive de Plée endémique de cette île (Ameiva plei analifera).

 

 

 

   Nombreux biotopes guadeloupéens subissent en plus un surpâturage par les petits ruminants. Les conséquences les plus dramatiques d’une telle modification du paysage végétal s’observent sur les îles exiguës de l’Archipel. Ces herbivores sont en effet souvent abandonnés et laissés errants sur des îlets. C’est ainsi que les cabris ont complètement détérioré la végétation des îles Frégate et Fourchue au large de Saint-Barthélemy. L’érosion fut telle qu’elle est en grande partie responsable de la disparition des populations d’Iguanes des Petites Antilles de ces îlets !

Le surpâturage par caprins et ovins domestiques est tout aussi catastrophique aux Saintes. La luxuriante végétation xérophile de certains mornes (sommet des Crètes, morne Morel…) a été totalement érodée par les ruminants. Plusieurs biotopes de la Désirade connaissent hélas le même sort. De telles disparitions du couvert végétal compromettent sérieusement toute survie animale.

 

***

 Hélas toutes les forêts de l’Archipel reculent. Concernant la forêt humide, seuls les 17 300 ha de la zone centrale du Parc National sont complètement protégés. Il apparaît urgent que les PLU respectent scrupuleusement les vestiges de forêts naturelles menacées. Les autorités doivent se donner les moyens de faire respecter la réglementation en vigueur (constructions sans permis…) et de renforcer celle-ci au besoin. Aussi, la protection de certains massifs forestiers relictuels peut-elle nécessiter leur classement en Réserve. 

Le remblaiement des zones humides de la Guadeloupe concerne principalement les marais, la forêt marécageuse et la mangrove. En moins de 100 ans plus de la moitié de la surface de ces milieux naturels a été détruite. La mangrove a connu une réduction de plus de 15 % de sa surface en 15 ans.

 

 

 

   Les mangroves et forêts d'arrière-mangroves comme la forêt marécageuse à Mangles médaille des Grand et Petit Culs-de-Sac Marins ont été complètement sacrifiées pour l’extension continue de la zone commerciale et industrielle de Jarry-Houelebourg et des aménagements portuaires, et par le développement urbain de l’agglomération pointoise.  

 

Aménagements littoraux

 

 

   En plus des mangroves, bon nombre de zones littorales ne sont plus sauvages, dédiées au tourisme. Les forêts littorales xérophiles reculent, victimes du succès touristique de l’Archipel. Les infrastructures pour les activités touristiques (hôtels, restaurants, commerces touristiques…) ou de loisirs (marinas,  sports nautiques…) fleurissent sur les régions côtières, lois de défiscalisation aidant... La dégradation du littoral guadeloupéen ne concerne plus seulement la Grande-Terre ou les dépendances du Nord, elle s’étend à la Basse-Terre et à la Côte Sous le Vent en particulier 

 

Pour Breuil, la destruction des zones littorales « constitue un des plus grands dangers pour les Reptiles de l’Archipel guadeloupéen ». La construction de bâtiments en région côtière menace l’Iguane des Petites Antilles non seulement par la destruction de son habitat et le morcellement des populations,  mais aussi parce qu’elle favorise l’arrivée de prédateurs comme les chiens et les chats. L’urbanisation des côtes est paroxystique sur Saint-Martin et fragilise, entre autres, les populations de l’Ameive de Plée (Ameiva plei) ou du Gymnophthalme de Plée (Gymnophtalmus pleii) qui affectionnent particulièrement le littoral.

 

Cette extension galopante des aménagements côtiers détruit aussi les sites de nidification des oiseaux marins. C’est ainsi que les Phaétons (ou « Pailles-en-queue ») ont dû se retrancher sur les zones de falaises inaccessibles pour établir leur site de reproduction. 

                                           paille en queue à bec rouge (photo : Pierre Garnier)

 Même sur ces lieux de nidification ainsi choisis, ces  superbes acrobates aériens peuvent être menacés. Aux Saintes par exemple, l’héliport de Terre-de-Bas a été construit sur le site de reproduction du Phaéton à bec jaune.  

 

Juste à coté de cet héliport, des travaux de terrassement entrepris il y a  plusieurs années pour la construction d’un aérodrome ont détruit une des grottes abritant des chauves-souris

 

A Saint-François, des aménagements touristiques risquaient de détruire un autre gîte de Chiroptères avant sa mise sous Arrêté de Protection de Biotope en 1994. Malheureusement cela ne l'a pas préservé des bull venus raser 18 ha d'une belle forêt littorale sèche de Daube Courcelles , site remarquable du littoral, propriété du Conseil Général...

 

 

....suite du passage de bull sur une grotte à chiroptères (entrée en bas à gauche)

 

Mais combien de grottes de chauves-souris non prospectées ont déjà été détruites par le bétonnage du littoral guadeloupéen ?

 

***

 

Bien évidemment, la perte de tous ces biotopes (massifs forestiers, zones humides, habitats littoraux) nuit gravement à la survie des espèces qui y sont inféodées, en particulier pour leur reproduction. Compte tenu de la fragilité particulière des espèces insulaires et de l’exiguïté des biotopes encore favorables à la faune sauvage, le principe de précaution devrait s’imposer avant toute décision d’aménagement en milieu naturel. Les aménagements de sites d’intérêt touristique, culturel ou historique, doivent respecter les formations boisées. 

 

 La Pollution

La pollution des cours d’eau s’explique d’abord par l’absence de réseaux d’assainissement des eaux usées. Moins d' un foyer guadeloupéen sur deux est raccordé à une station d’épuration. 

 

De plus, quantités de détergents (produits de lavage du linge, des voitures …) et d’huile de vidange sont directement déversés dans les rivières.

Les rejets agricoles sont les plus fortement incriminés dans la pollution des milieux en Guadeloupe. Les pesticides en tout genre (herbicides, insecticides, nématocides et fongicides) constituent encore l’unique moyen utilisé pour « protéger » les cultures. La spéculation bananière consomme chaque année des milliers de tonnes de pesticides. Or, seule une infime partie des pesticides utilisés est retenue par la plante. L’essentiel parvient au sol et est entraîné par les eaux d’infiltration ou de ruissellement. Des analyses de sédiments réalisées dans une rivière proche de bananeraies, ont révélé des teneurs en chlordécone (organochloré pourtant interdit à la vente et à l’usage !) dix fois supérieur à la norme admise.

 

La pollution des rivières de la Guadeloupe représente un danger pour les espèces vivant à proximité des rivières (Hylodes, Martins-pêcheurs, Ratons laveurs…). Le risque est accru pour les amphibiens qui ont une respiration cutanée importante.

 

La Rivière Salée qui reçoit les eaux de ruissellements des rivières dont la Grande rivière à goyaves - le plus grand cours d’eau de l’Archipel, mais aussi le plus pollué - subit d’importants rejets agricoles et urbains (détergents…), mais également industriels (hydrocarbures, métaux lourds…) et agro-industriels (liquides acides ...). Les rejets déversés par la rhumerie Bonne Mère par exemple étaient il y a quelques années cent fois plus chargés en matière organique que ceux des stations d’épuration.

 

Cette pollution de la Rivière Salée, d’une toxicité mortelle pour le corail et les poissons, menace gravement tout l’écosystème des mangroves des Cul-de-Sac Marins . Tous les acteurs du réseau trophique sont touchés, notamment ceux situées au sommet de la pyramide alimentaire. Ces espèces qui ont un taux d’absorption digestive des aliments ingérés très élevé, concentrent et stockent en effet peu à peu dans leur organisme certains polluants rémanents (organochlorés, …). Les animaux risquent une intoxication chronique, aux répercussions pluri-organiques notamment au niveau de la reproduction. Des phases d’intoxication aiguë souvent mortelle sont également possibles. Lorsque le réseau trophique s’allonge ou se complexifie - comme c’est le cas dans l’écosystème de la mangrove - , il y a concentration des polluants à chaque étape et les espèces prédatrices carnivores peuvent ingérer d’emblée des doses  très toxiques

 

 

 

Les oiseaux marins (pélicans, sternes, frégates…),  les rapaces (balbuzards, faucons) et les chauves-souris piscivores Noctilions pêcheurs (Noctilio leporinus) sont donc très exposés à ce risque de bioaccumulation des polluants.

 

L’épandage par avion de fongicides sur les bananeraies est une pratique courante et dangereuse. En effet, les pesticides se dispersent facilement sur les milieux forestiers voisins, particulièrement pendant la saison des alizés. Cette technique présente un risque accru de toxicité directe pour les animaux (contact, inhalation…). Elle menace également les espèces qui se nourrissent d’arthropodes mangeurs de feuilles ou de bois, comme le Pic de Guadeloupe. De même, les quantités de nématicides déversées sur les bananeraies seraient un facteur de régression des anolis par mortalité directe et par destruction des proies. La Crécerelle d’Amérique (Falco sparverius) – l’unique rapace sédentaire nicheur de l’Archipel - pourrait elle aussi être victime puisqu’elle se nourrit principalement de criquets et d’anolis.

 

 

   L’usage excessif des traitements phytosanitaires qui est fait en Guadeloupe fragilise toutes les populations d’insectivores en les privant de nourriture ou en les intoxiquant : hylodes, lézards (anolis, scinques, gymnophthalmes…), chauves-souris (Eptesicus guadeloupensis, Natalus stramineus, Myotis dominicensis, Tadaria brasiliensis, Molossus molossus) et de nombreux oiseaux  (parulines, martinets, hirondelles, élénies, tyrans …).

 

Molosse commun (molossus molossus) : petite chauve-souris insectivore

Le sol guadeloupéen est jonché d’innombrables décharges à ciel ouvert sauvages ou non. L’exemple le plus ahurissant est sans doute celui de la décharge de Pointe-à-Pitre, installée à l’entrée même du Grand Cul-de-Sac Marin, sur le remblais de 35 ha de mangrove ! Elle recoit actuellement plus de 2 000 tonnes de déchets /jour.

 

 

    La pollution de l’air en Guadeloupe est également générée par l’industrie.  Bien entendu l’augmentation fulgurante du trafic routier participe aussi à la pollution des milieux en Guadeloupe. Les principaux polluants de l’air sont bien connus pour leur effets pathogènes sur l’appareil respiratoire. Heureusement, les alizés nous préservent relativemment de l'inhalation chronique de tous ces polluants.

 

***

La pollution des milieux naturels de Guadeloupe est très préoccupante. Les analyses indiquent que les rejets agricoles et agro-industriels sont bien supérieurs aux normes admises. Directement concernée par la qualité de l’eau, la population semble sensibilisée à ce problème, notamment grâce aux associations de protection de l’environnement. Les agriculteurs guadeloupéens devraient être incités à opter pour la polyculture et pour une protection raisonnée des cultures comme « la lutte biologique ». Le développement du concept de l’agriculture durable, tant prôné par professionnels du domaine,  en dépend. En outre, il est grand temps que la Guadeloupe se dote de réelles structures d’assainissement et de traitements des déchets ménagers, industriels et agro-industriels.

Dérangements

 

Les espèces insulaires sont souvent très sensibles aux dérangements. La surfréquentation de certains milieux est un important facteur de régression pour plusieurs espèces de l’Archipel, notamment  le Râle gris, les oiseaux marins, et les chauve-souris cavernicoles.

Le développement du tourisme de masse et des activités dérivées (nombreux scooters des mers, bateaux de plaisance,…) cause des dérangements importants aux colonies d’oiseaux, en particulier Sternes de Dougall, Sternes pierregarin et Petites Sternes. Les dérangements des colonies d’oiseaux en nidification lors du débarquement de curieux sur les îlets, ou le simple passage des bateaux trop près des colonies, provoquent l’envolée des parents. Les sternes ainsi dérangées quittent leur nichée et leurs progénitures peuvent êtres victimes de coups de chaleur. Une colonie peut même quitter définitivement son site de nidification s’il est perturbé en début de saison de ponte.

 

Les populations de sternes étaient d’ailleurs plus nombreuses sur les îlets du Grand Cul-de-Sac Marin avant la création de la Réserve Naturelle. Les activités touristiques ont effet considérablement augmenté ces dernières années au sein du lagon, et avec elles, la fréquentation des îlets. C’est pour restaurer la tranquillité de ces sites de nidification qu’un arrêté préfectoral (23 décembre 1997) interdit le débarquement et la présence humaine sur les bancs de sable des îlets de Carénage du 1er au 31 août. Cette mesure a rapidement porté ses fruits.

D’autres colonies d’oiseaux marins peuvent subir d’importants dérangements sur différents îlets (îles et îlets des Saintes, îlet Tête à l’Anglais….).

C'est peut-être ce dérangement excessif qui dissuadent les pélicans et frégates à nicher de nouveau en Guadeloupe continentale alors qu'ils y viennent pour se nourrir , se reposer, dormir....

 

 

Les chauves-souris cavernicoles aussi peuvent subir un dérangement important jusqu’à quitter définitivement leur habitat. C’est ainsi qu’une colonie de Natalus stramineus a dû quitter son gîte du Moule, apparemment régulièrement visité et altéré par des dépôts d’ordures. Même sort d'une grotte à Papin Morne à l'eau qui abritait des centaines de chauves-souris.

 

Crédits photos: Pierre Garnier, Caroline Tarlier, Béatrice Ibéné

Published by l'asfa - - dégradation des habitats

commentaires

Faune Guadeloupe

Site officiel de L'ASFA : L'Association pour la Sauvegarde et la réhabilitation de la Faune des Antilles. Etude et Conservation de la Faune sauvage terrestre de la Guadeloupe et des Petites Antilles : amphibiens, reptiles, oiseaux, mammifères (chauves-souris). Sensibilisation et alerte du public et des autorités sur les menaces qui pèsent sur cette biodiversité, singulièrement sur nos espèces endémiques (dégradation des habitats naturels, chasse, pollutions, espèces exotiques envahissantes, ...). Une association libre et indépendante de défense et de préservation de ce patrimoine unique et irremplaçable !!

Hébergé par Overblog