Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Faune Guadeloupe

Articles avec #presentation generale des reptiles de guadeloupe

Les Reptiles de l’Archipel guadeloupéen (terrestres)

    (d’après Michel Breuil)

 

 

 

 

               Anolis à tête marbrée (Ph: B ibéné)

I-  Squamates : lézards et serpents

  1- les lézards (lacertiliens) :

      -  les iguanes (Iguanidés) :

- l’iguane des Petites Antilles (Iguana delicatissima)

Iguane des petites Antilles (Photo: RB/ASFA)

[Pas de grosse écaille sous le tympan ; maximum 10 épines sur le fanon et seulement en partie supérieure ; queue unie jamais annelée]

- l’iguane commun ou Iguane vert (Iguana iguana)  INT. INV.

 

 

  

Iguane vert ou commun (Photo: B Ibéné)

[Une Grosse écaille sous le tympan ; plus de 10 épines sur le fanon ;queue annelée de rayures noires]

      - les anolis (Polychrotidés)

- l’anolis de Marie Galante (Anolis ferreus)

                                                    crédit photo : Jérome Oster

- l’anolis d’Anguilla (Anolis gingivinus)

- l'anolis à tête marbré (Anolis marmoratus)
- l’anolis de Petite-Terre (Anolis (marmoratus )chrysops)
- l’anolis de la Désirade (Anolis (marmoratus) desiradei)
- l’anolis de Kahouanne (Anolis (marmoratus) kahouannensis)
- l’anolis de Saint-Martin (Anolis pogus)
- l’anolis des Saintes (Anolis terraealtae)

 

 

 

      - Holotropides (Holotropidés) :

- holotropide roquet (Leicephalus cf. cuneus) EXT.

      - les geckos (Geckkonidés)

- l’hémidactyle mabouia (Hemidactylus mabouia) INT.
- le sphérodactyle bizarre (Sphaerodactylus fantasticus)
- le petit sphérodactyle à grosse écailles (Sphaerodactylus parvus)
- le sphérodactyle d’Anguilla (Sphaerodactylus sputator)
- le Thécadactyle à queue épineuse  (Thecadactyle rapicauda)

Thécadactyle à queue épineuse (Photo: B Ibéné)

      - les gymnophtalmes (Gymnophtamidés)

- le gymnophtalme d’Underwood (Gymnophtalmus underwoodi)
- le gymnophtalme de Plée (Gymnophtalmus pleii)

      - les améives (Téidés)

- l’améive de la Guadeloupe (Ameiva cineracea) EXT.
- le grand Améive (Ameiva major) EXT.
- l’améive de Plée (Ameiva plei)

Améive de Plée (Saint-Barthélémy) . Ph : B Ibéné

      - les scinques (Scincidés)

- le scinque mabouya (Mabuya mabouya)
- le scinque sloanien (Mabuya sloanii)

  2- Les Serpents (ophidiens)

      - les couleuvres (Colubridés)

- la couresse de la Guadeloupe (Alsophis antillensis)

jeune Couresse de la Guadeloupe (Photo : B Ibéné)

- la couresse d’Anguilla (Alsophis rijgermaei)
- la couresse des Saintes (Alsophis sanctonum)

                                   Couresse des Saintes (de Terre de Bas)    (crédit photo : Jérome Oster)


- la petite couresse (Liophis juliae

 

 

 

 

     - les typhlops (Typhlopidés)

- le typhlops de la Guadeloupe (Typhlops guadeloupensis)
- le typhlops de Saint-Barthélémy (Typhlops annae)
- le typhlops brame (Ramphotyphlops braminus) INT. INV


II- Chélonniens : les Tortues (terrestres et palustres)

   - Testudinidés :

-  La tortue charbonnière (Chelonoidis carbonaria)
- La tortue denticulée (Chelonoidis denticulata)

   - Emydidés

- La trachémyde à tempes rouges (Trachemys scripta elegans) INT.INV.
- La trachémyde de Porto Rico (Trachemys stejnegeri)

  - Pélomédusidés

- La péluse de Schweigger (Pelusios castaneus)

Légende EXT. : Eteint,  Disparu  INT. : Introduit  INV. :  Invasif.

 SOURCES : , Breuil M. - Histoire naturelle des Amphibiens et Reptiles terrestres de l'archipel Guadeloupéen. Guadeloupe, Saint-Martin, Saint-Barthélemy. Patrimoines Naturels, 54, Paris, SPN / IEGB / MNHN.2002. 339 pp

http://www.mnhn.fr/publication/spn/cpn54.html

Voir les commentaires

anolis mangeant un jeune hémidactyle (Photo : b Ibéné)

 

 

 

 

Le peuplement herpétologique de l'arc antillais est riche en terme de diversité spécifique. En effet si chaque île possède relativement peu d'espèces de reptiles, cette pauvreté est compensée par un endémisme marquée. Ce peuplement se compose en majorité d'espèces originaires d'Amérique du Sud. En revanche, la contribution des Grandes Antilles dans l'origine du peuplement herpétologique des îles du Nord (dont Saint-Martin et Saint-Barthélemy) est importante.

Améive de Plée (Saint-Barth). Photo : B Ibéné

L'Archipel guadeloupéen possède avec Grenade le peuplement en reptiles le plus riche des Petites Antilles : 5 espèces de tortues térrestres, 20 de lézards (plus 3 taxons éteints), 7 de serpents (espèces indigénes et introduites sont comptabilisées)

Anolis à tête marbré "zandoli"  mâle, un anolis endémique très commun.

 



Reptiles endémiques de la Guadeloupe et des Petites Antilles:

Espèces endémiques de l'Archipel guadeloupéen 

- l'Anolis à tête marbrée   Anolis marmoratus ssp.

- l'Anolis des Saintes   Anolis (marmoratus) terraealtae°

- l'Anolis de la Désirade   Anolis (marmoratus) desiradei °

- l'Anolis de Petite-Terre   Anolis (marmoratus) chrysops°

- l'Anolis de Kahouanne   Anolis (marmoratus) kahouannensis°

- l'Anolis de Marie-Galante   Anolis ferreus

- l'Anolis de Saint-Martin   Anolis pogus (DN)

- le Sphaerodactyle bizarre   Sphaerodactylus fantasticus*

- le Typhlops de la Guadeloupe Typhlops guadeloupensis

- le Typhlops de Saint-Barthélémy   Typhlops annae (DN)

 
Espèces endémiques des Petites Antilles présentes en Guadeloupe:
 
- l'Iguane des Petites Antilles   Iguana delicatissima

- l'Ameive de Plée   Ameiva plei (DN)

- le Sphaérodactyle d'Anguilla   Sphaerodactylus sputator (DN)

- l'Anolis d'Anguilla    Anolis gingivinus (DN)

- la Petite couresse   Liophis juliae

- la Couleuvre d'Anguilla   Alsophis rijgersmaei (DN)

- la Couresse de Guadeloupe   Alsophis antillensis


 

 ° certains auteurs considèrent encore ces espèces comme des sous-espèces de A. marmoratus.

* 2 sous-espèces sur les 9 sont présentes en Dominique et Martinique.

(DN) : Dépendances du Nord 

 

Anolis de Saint-Barthélemy endémique de l'île.


Plusieurs espèces ont été introduites. C'est le cas du Mabouya domestique (Hemidactylus mabuia) qui n'est pas considéré comme un espèce invasive.

Thécadactyle à queue épineuse (Thecadactyle rapicauda) et un mabouya domestique (Hemidactylus mabuia) bien plus petit.  Photo : B Ibéné

Le statut indigène ou introduit reste incertain pour les tortues présentes en Guadeloupe,  aussi bien pour les espèces terrestres comme la Tortue charbonnière (Chelonoidis carbonaria), que pour celles palustres, comme la Trachémyde de Porto-Rico (Trachemys stejnegeri) ou la Péluse de Schweigger (Pelusios castaneus). Il s'agirait de toute façon d'introductions anciennes (certaines depuis les Arawaks), et ces espèces sont maintenant considérées comme patrimoniales.

En revanche, l'opportuniste et envahissante Trachémyde à tempes rouges appelée « Tortue de Floride » (Trachemys scripta elegans), d'introduction récente est compétitrice des autres espèces.


En savoir plus sur l'herpétofaune des Antilles 

http://www.mnhn.fr/publication/spn/cpn54.html

Breuil M. - Histoire naturelle des Amphibiens et Reptiles terrestres de l'archipel Guadeloupéen. Guadeloupe, Saint-Martin, Saint-Barthélemy. Patrimoines Naturels, 54, Paris, SPN / IEGB / MNHN. 2002, 339 pp.

Voir les commentaires

Faune Guadeloupe

Site officiel de L'ASFA : L'Association pour la Sauvegarde et la réhabilitation de la Faune des Antilles. Etude et Conservation de la Faune sauvage terrestre de la Guadeloupe et des Petites Antilles : amphibiens, reptiles, oiseaux, mammifères (chauves-souris). Sensibilisation et alerte du public et des autorités sur les menaces qui pèsent sur cette biodiversité, singulièrement sur nos espèces endémiques (dégradation des habitats naturels, chasse, pollutions, espèces exotiques envahissantes, ...). Une association libre et indépendante de défense et de préservation de ce patrimoine unique et irremplaçable !!

Hébergé par Overblog