Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Faune Guadeloupe

Articles avec #oiseaux des forets et jardins

Le Tribunal Administratif suspend la chasse de la Grive à pieds jaunes

COMMUNIQUE DE PRESSE COMMUN ASPAS /ASFA : 

Deux associations stoppent enfin la chasse en Guadeloupe

d'un oiseau mondialement menacé :

la Grive à pieds jaunes (Turdus lherminieri

 

Par une ordonnance du 11 décembre 2014, le Tribunal Administratif de Basse-Terre, saisi par L’ASFA (L’Association pour la Sauvegarde et la réhabilitation de la Faune des Antilles) et l’ASPAS (Association pour la Protection des Animaux Sauvages), a suspendu en urgence la chasse de la Grive à pieds jaunes en Guadeloupe, espèce menacée inscrite sur les listes rouges nationale et mondiale de l’UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature).

 

Enfin. Depuis dix ans, l’ASFA alertait régulièrement les pouvoirs publics sur le mauvais état de conservation de cette grive. En vain. Cette espèce est pourtant classée « Vulnérable » par l’UICN, ce qui signifie que ses populations présentent un risque élevé d’extinction. Cette espèce endémique des Petites Antilles possède une aire de répartition mondiale très restreinte, puisqu’elle n’est présente que sur 4 îles (Montserrat, Guadeloupe, Dominique, et Sainte-Lucie d’où elle aurait récemment disparu). Elle n’existe nulle part ailleurs au monde ! Ses populations sont d’autant plus sensibles aux prélèvements et autres perturbations. C’est pourquoi, l’espèce bénéficie d’une protection légale forte sur son aire de répartition sauf en Guadeloupe où l’État français en autorise la chasse[1].

 

Le code de l’environnement prévoit que la chasse d’une espèce peut être interdite « en vue de la reconstitution des populations ». Ces dernières années, la préfète de la Guadeloupe avait consenti à fixer un nombre maximum de spécimens à prélever par chaque chasseur. Mais ce "quota" trop élevé était inadapté au statut de l'espèce et ne bénéficiait en outre d'aucun moyen de contrôle.

 

Nos associations, l’une antillaise et l’autre métropolitaine, se félicitent de leur travail commun, qui oblige  les représentants de l’État en Guadeloupe à mieux préserver cet élément exceptionnel et irremplaçable de notre patrimoine naturel. En effet, il est de leur devoir de veiller à ce que la chasse soit correctement encadrée et adaptée au statut des espèces, en premier lieu les plus fragiles.

 

Le combat continue en Guadeloupe, où l’on chasse toujours sans Schéma Départemental de Gestion Cynégétique approuvé, où les soi-disant Prélèvements Maximaux Autorisés (PMA) sont sans dispositif obligatoire de marquage des animaux, sans système de poinçonnement, et sans objectif précis... bref, illégaux en tous points !

 

 

[1] Et même sa destruction puisque la préfète de Guadeloupe avait également autorisé son abattage dans les zones contaminées par le chlordécone, tout en interdisant sa consommation. Au risque d’anéantir toute possibilité de restauration des populations de grives contaminées par ce pesticide organochloré perturbateur endocrinien et reprotoxique chez les oiseaux.

 

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

Dear Colleagues of the Caribbean,


I have the great pleasure to announce that the judge of interim relief of Basse-Terre, Guadeloupe (French West Indies) has suspended hunting of the endangered Forest Thrush (Turdus lherminieri ). This was brought about by the lobbying from naturalist associations ASPAS and ASFA.

Until now, Guadeloupe Island, a French territory with pro-hunting history, remained the only island to permit hunting of the Forest Thrush. The Forest Thrush is endemic to only four islands of the Lesser Antilles ( Montserrat, Guadeloupe, Dominica and St. Lucia - where it has not been seen for 4 years). It is classified as Vulnerable by IUCN and is on both global and local endangered species red lists.

In addition, recent studies have shown that the Forest Thrush is affected by the environmentally persistent pesticide chlordecone, an organochlorine endocrine disruptor, reproductive toxicant and carcinogen. Despite all this, the Guadeloupe prefect has authorized 2,600 hunters to hunt in one season more individuals than the total population in Guadeloupe!

This is a great victory, as it has been 10 years since the Association ASFA began the fight for full legal protection of this species in Guadeloupe and attaining the same protection afforded on other islands. We hope that this judgment will lead the Minister of Ecology to make the decision to permanently ban hunting of this precious species, as required by the SPAW ratified by France in 2002.

Any initiatives and support that can help further our cause and the protection of the Forest Thrush are welcome !

Thank you all. And long live the Forest Thrush !

 

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Pour aller plus loin : 

 

Saisi par les associations naturalistes ASPAS et L’ASFA , le Tribunal Administratif de Basse-Terre a suspendu par ordonnace du 11 décembre 2014, ce jusqu’au jugement de fond la chasse de la Grive à pieds jaunes (Turdus lherminieri) sur toute la Guadeloupe.

Cette espèce endémique de 4 îles seulement des Petites Antilles (Montserrat, Guadeloupe, Dominique et Sainte Lucie ) est classée menacée sur les liste rouges UCIN mondiale et nationale (Guadeloupe) dans la catégorie "VULNERABLE" c'est à dire confronté à un risque élevé d'extinction.

De plus, ces statuts ont été établis avant que soient connues l’imprégnation par le Chlordécone (perturbateur endocrinien également reprotoxique chez les oiseaux et carcinogène) et sa probable disparition de Ste Lucie (pas d’animaux vus depuis plus de 3 ans ) .

Malgré tout cela, la préfète (comme ses prédécesseurs) avait autorisé la chasse de la grive par les 2 600 chasseurs de Guadeloupe de plus d’oiseaux que ne compte la population totale estimée. Et ce, en méconnaissance de plusieurs dispositions réglementaires et sans base légale pour les dits PMA. Mais surtout en violation de l’article 10 du protocole SPAW devenu loi internationale en 2000 et ratifié par la France en 2002. Il stipule que chaque partie doit accordée aux espèces menacées le statut d’espèce protégée.

 

" Article 10    Mesures nationales de protection de la faune et de la flore sauvages

1. Chaque Partie doit identifier, dans les zones relevant de sa souveraineté, de ses droits souverains, ou de sa juridiction, les espèces végétales et animales menacées ou en voie d'extinction, et accorder á ces espèces le statut d'espèces protégées. "

 

La France est le seul pays qui n’a pas accordé à cette espèce sub endémique et menacée le statut d’espèce protégée. En effet, dans les 3 autres îles, elle bénéfice d’une protection légale intégrale. 

L’Etat a même autorisé les chasseurs à abattre les grives de la zone dite du" croissant bananier" juste pour satisfaire le pur plaisir des chasseurs, de tuer, puisque que la  consommation en est interdite du fait de leur contamination par le chlordécone, au risque d’anéantir ainsi toute possibilité de résilience des populations touchées.

Pour l’ASFA, cette décision du Tribunal administratif constitue une réelle victoire d'étape déterminante dans ce combat mené depuis plus de 10 ans par l'association pour la protection légale intégrale de cette espèce. Nous remercions tous ceux qui nous ont soutenu dans cette démarche et particulièrement, les signataires de notre pétition consacrée à la grive à pieds jaunes. 1000 mercis à L'ASPAS qui a accepté de mener ce combat avec nous ! 

Il restait 9 jours de chasse de cet oiseau avec un PMA (incontrôlable) de 4 oiseaux/chasseur/ jour de chasse (mais sans nombre définit de chasseurs). Grâce à cette décision, ce sont plusieurs milliers de grives qui seront sauvées .... si les chasseurs respectent l'interdiction et si les services de police réalisent les contrôlent qui s'imposent !

Nous allons continuer ce combat jusqu'à ce que la France accorde à cette espèce le statut qu'elle mérite : celui d'une espèce protégée ! 

Crédit Photo : Stéphane Morin. parti trop tôt et a qui nous dédions cette victoire !

Crédit Photo : Stéphane Morin. parti trop tôt et a qui nous dédions cette victoire !

ordonnance du TA de Basse-Terre du 11/12/2014 donnant droit à la demande de l'ASPAS et l'ASFA

UICN France, MNHN, AMAZONA, AEVA, ASFA & ONCFS (2012). La Liste rouge des espèces menacées en France - Chapitre Oiseaux de Guadeloupe. Dossier électronique.

Voir les commentaires

 Le Pic de la Guadeloupe  : le woody woodpecker guadeloupéen ! 

le tambouyè de nos forêts 

Melanerpes herminieri

 (Picidés)



Répartition géographique : seul oiseau survivant endémique de la Guadeloupe du point du vue spécifique. C'est aussi le seul pic sédentaire des Petites Antilles. Il n'est présent qu'en Basse-Terre et Grande-Terre.

Synonymie :

créole : tapeur tapè, toto bwa, toc toc.

Anglais : the Guadeloupe Woodpecker

Description: oiseau robuste de couleur noire. Sa gorge et son ventre sont rouges et le dos apparait plutôt bleuté. Le mâle a un bec plus long que la tête tandis que le bec de la femelle est de même longueur que sa tête.
Mensurations : 26 à 28 cm de long pour 70 à 96 grammes. les indidus vivant en Basse-Terre sont légèrement plus grands que ceux de la Grande-Terre.

                            un couple de pics au nid : le mâle à l'exterieur ,la femelle à l'intérieur s'apprête à lui laisser sa place .

Son langage : Il utilise au moins 8 vocalisations différentes (communication entre le couple , les jeunes ou avec les intrus).Son cri habituel est un "WA WA" rauque, facilement audible.


Écologie : le Pic a colonisé tous les milieux forestiers de la Guadeloupe. On le retrouve en effet en forêt humide, mésophile, marécageuse et en mangrove. La forêt humide constitue 70 % de la superficie occupée par l'oiseau. En Grande-terre on peut l'observer facilement même près des maisons quand les alentours sont suffisamment boisés.

C'est un oiseau territorial. Il vit et creuse son nid dans un territoire restreint (2 à 5 ha). Le couple a besoin d'un territoire minimal de 2 ha dont un tiers au moins doit être forestier.

D'après les prospections systématiques de Pascal Villard, le Pic occupe 45 % de la Basse-Terre et 23 % de la Grande-Terre, soit une aire de répartition totale pour l'espèce de 543 km². 

 



Alimentation : le Pic de Guadeloupe a un régime alimentaire assez éclectique. Les adultes se nourrissent de proies animales (termites, fourmis, larves d'insectes, myriapodes) qu'ils trouvent en creusant dans le bois mort, et de divers fruits (prunes mombin, cythères, payes,oranges,cabosses de cacao, fruits de bois canon....).

Les proies amenées au nid sont principalement des orthoptères, coléoptères, des larves et des hylodes.

 



Reproduction : la saison de reproduction s'étend de Février à Aout.

Durant cette période on peut entendre les tambourinages des mâles sur de supports de bonne résonnance. Les deux parents participent à l'excavation d'une cavité de nidification dans un tronc d'arbre mort ou dans un stipe de cocotier mort, mais resté dressé. Le nid peut être creusé dans la partie morte d'un arbre vivant ou quelquefois dans un cocotier vivant. généralement le nid n'est utilsé qu'un ou deux ans mais nous avons découvert que le couple peut réutiliser un nid plusieurs années (au moins 5 ans) pour peu que l'arbre reste dréssé.

Depuis quelques années nous avons constaté que des couples cherchent à utiliser des poteaux en bois éléctriques ou téléphoniques pour creuser leur nid.

Un couple élève 3 jeunes au maximum. Ils prennent leur envol une trentaine de jours après l'éclosion mais restent dépendants des parents plusieurs mois après le premier envol. Ils restent à leurs cotés parfois jusqu'à la prochaine saison de reproduction. Pendant plusieurs mois on peut donc observer une véritable famille de pics (de 3 à 5 membres).



La durée de vie du Pic de Guadeloupe est d'au moins 8 ans et probablement d'une dizaine d'années.

Importance numérique : Villard a estimé la population à 10 330 couples (avec une marge d'erreur de 1 000 couples ) : 7 920 couples en Basse-Terre et 2 410 en Grande-Terre.



Statut de conservation : dans la liste mondiale des oiseaux menacés,  le Pic de la Guadeloupe dans la catégorie UICN « Near Threatened » (proche de menacée).

Pour Villard, le Pic de la Guadeloupe est déjà dans la catégorie « Vulnérable » de l'UICN C'est à dire qu'il est confronté à un risque élevé d'extinction à létat sauvage à moyen terme. En effet, les conditions requises pour ce classement sont déjà virtuellement atteintes :


- faible aire de répartition : < 2 000 km² (critère principal)
- forte fragmentation (Grande-Terre et Basse-Terre ) (B1)
- déclin continu en étendue de la répartition (B2b)
- déclin continu en nombre d'individus matures en Grande-Terre (B2e)
- fortes fluctuations (cyclones) en nombre d'individus matures (B3d)
- faible population reproductrice.


Il est fort à craindre qu'à la vitesse à laquelle avance la déforestation, le Pic de Guadeloupe aura disparu de la Grande-Terre dans une dizaine d'années ! Si le morcellement de l'habitat se poursuit l'espèce perdra donc 25 % de sa population.



Menaces : la principale est la déforestation et la fragmentation de l'habitat. La disparition de son habitat forestier est surtout dramatique en Grande-Terre et en particulier dans les Grands-Fonds. L'urbanisation galopante, l'exploitation des carrières de tuf, la construction de routes et surtout depuis quelques années  l'extention de la pratique du charbon de bois qui touche cette région, constituent le plus grand danger pour la survie de cette espèce endémique.

 


Les cyclones : s'ils peuvent créer de nouveaux supports pour l'excavation de loge en sectionnant les palmes des cocotiers et en laissant des stipes dressés (ce fut les cas après Hugo), ils sont plutôt néfastes. Ainsi, les cyclones Luis et Marilyn ont jeté à terre de nombreux sites de nidification sans en générer d'autres.

 

arbre support d'un nid tombé au sol.


Les jeunes pics inexpérimentés payent un lourd tribut aux vents violents et fortes pluies qui caractérisent les ouragans.

Les rats sont les principaux prédateurs du Pic de la Guadeloupe. En particulier le Rat noir (Rattus rattus) qui mange les oeufs du pic et peut même s'installer dans les cavités pour y nicher.

Les pesticides : le Pic étant un prédateur d'insectes il peut accumler des pesticides présentes sur ses proies ou ingérées par elles . Il est sans doute  victime des traitements fongicides utilisés pour les bananeraies.

Le braconnage : bien que protégé le Pic de la Guadeloupe est encore parfois tiré à proximité des arbres fruitiers notamment lors de la chasse aux Colombidés. Il doit sans doute sa survie à la médiocre qualité gustative de sa chaire.

 


Sauvegarde : chacun peut aider notre dernier oiseau endémique !

- préserver les bois et forêts. Ne couper que les arbres présentant un danger pour la maison;

- conserver les arbres morts (poiriers, arbres à pain, cocotiers, ...)

- repérer les nids et les protéger de l'attaque des rats en positionnant une feuille de tôle autour du tronc

- réduisez l'usage des pesticides dans le jardin

- planter et favoriser des espèces végétales dont se nourrit le pic et qu'il pourr utiliser pour creuser son nid.

- observer un couple autour de chez vous et noter vos observations : elles sont précieuses car elles peuvent nous aider à mieux connaitre la biologie de l'espèce.

 

crédits photo : Céline Etzol, Béatrice Ibéné

En savoir plus sur le Pic de la Guadeloupe :

- la monographie de Pascal Villard : Villard, P. Le pic de la Guadeloupe. SEOF. 1999

 - L'exposition itinérante et le CD rom pédagogique (présentation powerpoint) de L'ASFA sur le Pic de la Guadeloupe. Disponible gratuitement pour les établissements scolaires :  

 voir rubrique expo pic

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Published by asfa - - Oiseaux des forêts et jardins

Aidez son prochain :

quand les oiseaux nous donnent une leçon de savoir vivre !

 Lors d'une de nos prospections en zones humides sur un étang à Bois Jolan (Sainte-Anne) nous avons découvert un cas d'entraide entre deux espèces d'oiseaux différentes : une Elénie siffleuse (Elaenia martinica ) ou "sifflè" et un Tyran gris (Tyrannus dominicensis) ou "pipirit".

 

 

 

 Imaginez  mon émerveillement de surprendre une élénie en train de nourrir un des deux petits pipirit bien qu'il n'ait pas été délaissé de ses parents. Visiblement sortis trop tôt de leur nid , peut-être tombés suite au mauvais temps de la veille , les jeunes ont sans doute émis des cris d'alerte auxquels a répondu une élénie. Certes ces deux espèces font partie de la même famille des Tyrannidés mais l'élénie consomme des baies et petits  fruits, très peu d'insectes alors que les "pipirits" sont de redoutables chasseurs d'insectes en plein vol !

la mère nouricière (élénie siffleuse) plus petite que "son" jeune" (Tyran gris)

 

Textes et photos - Béatrice Ibéné pour L'ASFA - Tous droits réservés-

Voir les commentaires

Published by l'asfa - - Oiseaux des forêts et jardins

dessin extrait de Raphaele et al, 2003

Synonimie:

Noms locaux : La Grive à pieds jaunes ou « Grive pieds jaunes » (Guadeloupe) ; Yellow-legged Thrush (Dominique) ; Mauvis (Sainte-Lucie).   
Nom anglais : Forest Thrush
Nom latin : Cichlherminia lherminieri (Famille des Muscicapidés)

Cichlherminia lherminieri lherminieri : sous-espèce de la Guadeloupe

 Description : 26 cm ; c’est un oiseau de plumage brun vert dessus, moucheté blanc jaune  dessous. Le pourtour des yeux dénudé et les pattes sont bien jaunes. Le bec assez fort et  droit , sa mandibule est jaunâtre.

 Répartition géographique : très limitée !!. L’espèce est endémique de 4 îles montagneuses des Petites Antilles : Sainte-Lucie, Dominique, Guadeloupe et Montserrat. Chacune de ses îles possède une sous-espèce.  La grive pieds jaunes est rare à Sainte-Lucie et à Montserrat.

 Habitat : forêts des sous - bois au haut des arbres. En Guadeloupe on la retrouve dans les forêts mixtes et humides en Basse-Terre, et dans quelques  reliquats de forêt marécageuse et dans les vallées boisées préservées des Grands-fonds en Grande- Terre où elle tend à disparaître.

 Biologie : se nourrit d’insectes, de fruits et de baies.  C’est un oiseau très farouche.

 Menaces : le déclin drastique des populations est dû à la forte pression de chasse,à la dégradation continue et accélérée de l’habitat forestier (ravines boisées des grands fonds , reliquats de forêt marécageuse), ainsi qu’à la prédation par une espèce introduite : la mangouste.

A Sainte-Lucie elle est victime du parasitisme du Vacher luisant  (Molothrus bonariensis) et de la compétition avec le Merle à lunettes (Turdus nudigenis), une espèce en expansion.

C’est également une espèce très sensible aux dérangements.

Conservation : elle est classée "vunérable"sur la liste rouge mondiale des espèces menacées de L'UICN (www.redlist.org). Malheureusement en Guadeloupe c'est encore une espèce gibier sur laquelle la chasse est autorisée sans aucun quota ! Elle est protégée dans les 3 autres îles où elle est présente.

L'ASFA demande la protection légale en Guadeloupe de cet oiseau endémique des petites Antille et menacé !!


Voir les commentaires

Published by l'asfa - - Oiseaux des forêts et jardins

Faune Guadeloupe

Site officiel de L'ASFA : L'Association pour la Sauvegarde et la réhabilitation de la Faune des Antilles. Etude et Conservation de la Faune sauvage terrestre de la Guadeloupe et des Petites Antilles : amphibiens, reptiles, oiseaux, mammifères (chauves-souris). Sensibilisation et alerte du public et des autorités sur les menaces qui pèsent sur cette biodiversité, singulièrement sur nos espèces endémiques (dégradation des habitats naturels, chasse, pollutions, espèces exotiques envahissantes, ...). Une association libre et indépendante de défense et de préservation de ce patrimoine unique et irremplaçable !!

Hébergé par Overblog