Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Faune Guadeloupe

Articles avec #chasse

crédit Photo : Naouel Vignol

crédit Photo : Naouel Vignol

Le Pigeon à couronne blanche ne sera pas chassé cette année non plus ! 

C'est la troisième année que L'ASFA et L'ASPAS obtiennent  du Tribunal Administratif  de Basse-Terre une suspension de la chasse du Pigeon à couronne blanche (White-crowned pigeon pigeon) sur le département de la Guadeloupe 

Faisant fi des précédentes décision d cela juridiction administrative , le préfet de la Guadeloupe avait en effet ré -autorisé la chasse de cette espèce endémique de la grande région Caraibe, en déclin mondial et classée menacée en Guadeloupe ! Le représentant de l'Etat avait  même augmenté le quota de pigeons à tuer le faisant passer de 1000 à 1 500 individus ; ce, en période de reproduction couvrant la période de dépendance des jeunes et un an à peine après le passage des ouragans Irma et Maria qui ont fortement impacté les habitats forestiers de l'espèce sur la région.  

De nouvelles victoires juridiques pour le Pigeon à couronne blanche (Patagioenas leucocephala)

Lire le Communiqué commun de nos associations : 

De nouvelles victoires juridiques pour le Pigeon à couronne blanche (Patagioenas leucocephala)
 
Récapitulatif des victoires  juridiques en faveur du pigeon à couronne blanche : 
 
- Suspension de la chasse du Pigeon à couronne blanche pour la saison de chasse pour la saison 2016/2017 (ordonnance du 09/08/16 pour ASPAS/L'ASFA)
- Confirmation de cette décision par l’annulation de l’arrêté du préfet de Guadeloupe qui l’autorisait pour la saison 2016/2017 ( jugement du 30/03/2017 pour ASPAS/L'ASFA)
 
- Suspension de la chasse du Pigeon à couronne blanche pour la saison de chasse 2017/12018 (ordonnance du 17/08/2017 pour ASPAS/L'ASFA/ LPO)
- Confirmation récente de ce jugement par l’annulation de l’arrêté du préfet de Guadeloupe qui autoriserait cette chasse ( jugement du 27/09/18 pour ASPAS/L'ASFA/ LPO) 
 
- Suspension de la chasse du Pigeon à couronne blanche pour la saison 2018/2019 ( ordonnance du 07 septembre 2018 pour ASPAS/L'ASFA)

 

De nouvelles victoires juridiques pour le Pigeon à couronne blanche (Patagioenas leucocephala)

Nos associations vont renouveler leur demande auprès du ministre de l'écologie afin qu'il classe cette espèce emblématique parmi les espèces protégées de la Guadeloupe, comme le réclament le comité français de l'UICN et le Conseil Scientifique Régional du Patrimoine Naturel  de la Guadeloupe

Voir les commentaires

Grâce à la mobilisation scientifique et citoyenne la Grive à pieds jaunes ne sera pas chassée cette année

 

La Grive à pieds jaunes est une espèce considérée comme menacée d’extinction. Pourtant, le préfet de Guadeloupe en avait ré-autorisé la chasse cette année. Les associations locale (L’ASFA[1]) et nationales (ASPAS et LPO) se félicitent de la décision du ministère en charge de l’écologie qui s’est saisi du dossier : la grive à pieds jaunes ne sera finalement pas chassée cette année.

 

La Grive à pieds jaunes est un passereau forestier endémique de 4 îles des Petites Antilles. Sur la base des données scientifiques fournies par Birdlife, ses associations membres dont la LPO, et les associations locales, l’UICN[2] l’a classé sur ses listes rouges mondiale et nationale parmi les espèces menacées d’extinction[3].

 

Depuis son inscription sur les listes rouges, d’autres menaces sont apparues en Guadeloupe telles que la découverte de l’imprégnation des oiseaux par le chlordécone (pesticide reprotoxique), l’expansion en forêt de prédateurs et d’une espèce concurrente. Enfin, la destruction et la fragmentation des milieux forestiers de prédilection de la grive à pieds jaunes, -pour la plupart en dehors de la zone cœur du Parc National, ne cessent de s’accroître.

 

Malgré les inquiétudes exprimées par les scientifiques (UICN et CSRPN[4] de Guadeloupe), la mobilisation citoyenne et scientifique qui s’est exprimée ces dernières semaines et les décisions de justice obtenues, en 2014 et 2015 par l’ASFA et l’ASPAS, pour suspendre la grive à pieds jaunes[5], le préfet du département avait décidé cette année encore, d’en autoriser la chasse.

 

L’ASFA, l’ASPAS et la LPO se réjouissent que le ministère en charge de la biodiversité, conscient de la situation de grande fragilité de cette espèce, ait pris le dossier en main, obtenant que le Préfet revienne sur sa décision.

La Ministre restaure ainsi l’image de la France dans les îles de la Caraïbe en se conformant aux engagements internationaux signés pour préserver cette région classée parmi les « points chauds » de la biodiversité mondiale.

 

Nous remercions également tous les scientifiques, associations et organismes (BirdsCaribbean, EPIC[6], AEVA[7], le comité français de l’UICN France, UGPBAN[8],...) qui sont intervenus pour soutenir cette demande légitime, ainsi que les milliers de signataires de la pétition.

C’est une première victoire partagée pour la biodiversité d’outre-mer et singulièrement pour les espèces insulaires endémiques.

 

Nous espérons que cette décision sera naturellement suivie de l’inscription de la grive à pieds jaunes sur la liste des espèces protégées de Guadeloupe.

La conservation de cette espèce dépend également des mesures que les décideurs et gestionnaires d’espaces naturels sauront prendre pour améliorer la qualité de ses habitats.

 

 

[1] Association pour la Sauvegarde et la réhabilitation de la Faune des Antilles

[2] Union Internationale pour la Conservation de la nature

[3] Sur la base des données scientifiques fournies par Birdlife, ses associations membres dont la LPO, et les associations locales.

[4] Conseil Scientifique Régional du Patrimoine Naturel

[5] L’ASFA et l’ASPAS avaient saisi le Tribunal administratif de Basse-Terre afin qu’il suspende en urgence l’arrêté qui autorisait la chasse de cette espèce.

[6] Environmental Protection in the Caribbean

[7] Association pour l’Etude et la protection des Vertébrés et végétaux des petites Antilles

[8] Union des Groupements de Producteurs de Bananes de Guadeloupe et de Martinique

Téléchargez le communiqué des associations naturalistes :

Communiqué de Presse des Associations L'ASFA, ASPAS et LPO en date du 13 juillet 2016

Ce n'est qu'une victoire d'étape,

restons mobilisés jusqu'à l'inscription de cet oiseau emblématique

sur la liste des espèces protégées de Guadeloupe  !

 

C'est pourquoi il faut continuer à SIGNER et à DIFFUSER la pétition adréssée

à la Ministre de l'Ecologie et à la Secrétaire d'Etat à la Biodiversité 

 

L'ASFA se bat depuis sa création en 2003 pour la protection légale intégrale de la Grive à pieds jauens  en Guadeloupe (elle l'est sur les autres îles)   nous avons encore besoin de vous pour y parvenir ! 

Arrêté modificatif relatif à la saison de chasse 2016/2017 en Guadeloupe du 13 juillet 2016

Arrêté relatif à la saison de chasse 2016/2017 en Guadeloupe du 24 juin 2016

Pour plus d'informations téléchargez l'Avis circonstancié de L'ASFA rendu dans le cadre de la consultation publique relative à la saison de chasse 2016/2017 :

Observations de l'ASFA à la consultation publique sur le projet d'Arrêté préfectoral chasse

Voir les commentaires

Suite au communiqué de presse de l'ONCFS sur la situation de la Grive à pieds jaunes en Guadeloupe, L'ASPAS et L'ASFA publient une mise au point sur les arguments captieux de cet organisme.

Note de synthèse du préfet sur la consultation publique 2015/2016 dans laquelle il reprend l'estimation d'effectif de grives de l'étude ONCFS PNG 2013

Rapport de synthèse ONCFS PNG 2013 - leur estimation de la pollution de grives est de 46 000 individus à 49 000 (avec d'importants biais amenant à une surestimation ! )

Ordonnance du TA du BT du 11/12/15 qui rapporte l'estimation reprise par le préfet dans sa note en délibéré ! : 49 000 individus max

Zone d'occurrence de Turdus lherminieri d'après la base de données eBird

Voir les commentaires

Faune Guadeloupe

Site officiel de L'ASFA : L'Association pour la Sauvegarde et la réhabilitation de la Faune des Antilles. Etude et Conservation de la Faune sauvage terrestre de la Guadeloupe et des Petites Antilles : amphibiens, reptiles, oiseaux, mammifères (chauves-souris). Sensibilisation et alerte du public et des autorités sur les menaces qui pèsent sur cette biodiversité, singulièrement sur nos espèces endémiques (dégradation des habitats naturels, chasse, pollutions, espèces exotiques envahissantes, ...). Une association libre et indépendante de défense et de préservation de ce patrimoine unique et irremplaçable !!

Hébergé par Overblog