Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Faune Guadeloupe

                   une menace pour notre biodiversité : la chasse excessive 

-  Trop grand nombre d’espèces chassables
36 espèces d’oiseaux ont été classées gibier en Guadeloupe (Colombidés, Mimidés, Anatidés, Muscicapidés, limicoles), soit plus de la moitié du nombre d’espèces gibier de France métropolitaine (62) !          *  Quatre espèces menacées à l’échelle mondiale ou régionale pourtant classées gibier doivent être protégées de façon urgente :

- La Grive à pieds jaunes (Cichlherminia lherminieri) endémiques de 4 îles des petites Antilles
- La Colombe à croissants (Geotrygon mystacea) quasi endémique des  petites Antilles (rare a Puerto Rico et aux îles vierges)
- Le Pigeon à couronne blanche (Columba leucocephala) ramier tête blanche


- Le Pigeon à cou rouge (Columba squamosa) ou ramier bleu

         * deux autres espèces communes mais à répartition géographique limitée puisqu'elles sont endémiques des petites Antilles.

- le Moqueur grivotte (Allenia fusca) ou grive fine ;  Scaly-breasted thrasher

- le Trembleur brun (Cinclocerthia ruficauda) ou grive trembleuse ; brown trembler



       D'autres espèces   sont localisées, rares ou très rares d'après AEVA (liste 2005) en Guadeloupe voire dans la région, et méritent que leur statut de gibier soit réexaminé :


- le Bécasseau maubèche (Calidris canutus)
- la Barge hudsonienne (Limosa haemastica)
- la Maubèche des champs (Bartramia longicauda)
- le Petit Fuligule (Aythya affinis)
- le Fuligule à collier (Aythya collaris)
- la Sarcelle à ailes bleues (Anas discor),
- le Canard chipeau (Anas strepera)
- le Canard siffleur d’Amérique (Anas americana),
- le Canard souchet (Anas clypeata)
- le Dendrocygne fauve (Dendrocygna bicolor)
- le Dendrocygne à ventre noir (Dendrocygna autumnalis)
- le Canard pilet (Anas acuta)
- la Sarcelle d’Hiver (Anas crecca)

                                       Gallinule poule d'eau -protégée- et sarcelle à ailes bleues -"gibier" -

De plus, un si grand nombre d’espèces chassables favorisent d’autant les erreurs de tirs liés à des difficultés de détermination. Ce problème de confusion est manifeste pour les oiseaux d’eau comme les Anatidés et surtout les limicoles (15 espèces chassables sur une quarantaine de limicoles présents en Guadeloupe ). En effet, tout ornithologue sait bien à quel point il est difficile de distinguer entre un bécasseau et un autre, un pluvier et un autre… Ces oiseaux peuvent présenter en outre différents plumages lorsqu’ils sont en Guadeloupe selon leur stade et cycle biologiques (immature, adulte 1ère année, adulte en plumage nuptial, plumage d’hivers ou estival, stades intermédiaires souvent…), ce qui augmente encore les risques de confusion. Dans la pratique, les chasseurs tirent le plus souvent « dans le tas » alors que les limicoles sont connus pour se déplacer en bandes plurispécifiques. 

                                              Tournepierre à collier (Arenaria interpres) ou "pluvier des salines"

-  Prélèvements excessifs
Les tableaux de chasse sont souvent très importants au début de la saison. Ne sont pas rares les chasseurs de Grande-Terre par exemple, qui prélèvent une trentaine de Tourterelles à queue carrée par jour lors des premières semaines d’ouverture. Un rapport de l’ONF indique que des tableaux de chasse peuvent comporter 50 à 100 oiseaux par jour et par chasseur! . Sur les zones humides les tableaux journaliers peuvent monter à plusieurs dizaines de limicoles par chasseur.

Il n’existe à l’heure actuelle aucun enregistrement ni quelque limitation des tableaux de chasse en Guadeloupe comme les P.M.A. (Prise Maximale Autorisée) sur des espèces sensibles comme le Pigeon a cou rouge (ramier) , le pigeon à couronne blanche, la colombe à croissant ou la menacée  Grive à pattes jaunes (endémiques de 4 îles seulement des petites Antilles)

L’instauration de quotas par chasseur, par espèce, et par territoire, déjà proposée dans les années 70 par l’ONF, et actuellement vivement recommandée et souhaitée par tous - est une mesure à prendre et à faire appliquer rapidement pour diminuer l’impact de la chasse en Guadeloupe


-  Trop de zones chassées
Le problème de l’excessive pression de chasse dans les zones humides de Guadeloupe est crucial. Les marais sont fort prisés par les chasseurs guadeloupéens. Or les biotopes favorables aux oiseaux d’eau se raréfient. Les quelques marais non protégés attirent un nombre très élevé de chasseurs et par conséquent, les espèces gibier (limicoles et Anatidés), migratrices pour la plupart, subissent des prélèvements déraisonnables.

L’exemple le plus triste est celui de l’immense Marais de Port-Louis (300 ha), pourtant inclus, rappelons le, dans l’ensemble des zones humides d’importance internationale comme habitat des oiseaux d’eau. A l’ouverture de la chasse, ce marais attire à lui seul des centaines de chasseurs.  Les prélèvements annuels réalisés sur ce marais sont très excessifs, tant en nombre qu’en pourcentage des populations migratrices présentes dans l’Archipel.

 

  En Basse-Terre, la chasse est autorisée dans les Forêts Départementales et Départementalo-Domaniales (FDD) dont certaines jouxtent la zone du Parc National. Une partie non négligeable de la forêt humide est donc soumise à la chasse (plus de 15 000 ha). D’après le questionnaire de l’ONF auprès des chasseurs en forêts soumises, 80 % chassent en FDD et 40 % en forêt sèche (dont les 1 500 ha de forêt domaniale du littoral).



- Période trop longue incompatible avec la Biologie des espèces

                    Toureterelle à queue carré, chassée en Guadeloupe en pleine période de reprduction


L’ouverture générale de la chasse est le 14 juillet en Guadeloupe alors que de nombreuses espèces sont en saison de reproduction (celle-ci comprend l’élevage des jeunes). C’est notamment le cas de la Tourterelle à queue carrée (Zenaida aurita). Garrigues et al.  ont démontré, d’après l’analyse de tableaux de chasse - en utilisant la sécrétion caséeuse du jabot comme indicateur du statut parental des tourterelles -, qu’au moins 60 % des adultes tués pendant la période de prélèvement du 14 juillet au 31 août sont concernés par la reproduction (adultes avec jeunes éclos). Durant cette période, l’âge-ratio est très faible : inférieur à 1 jeune/adulte. La saison de reproduction est donc loin d’être achevée. Dans ces conditions, l’avenir de ce Colombidé encore commun en Guadeloupe, est plus qu’incertain. En effet, il a été démontré que l’âge-ratio minimal doit être 2,3 jeunes/adulte pour assurer le maintien des effectifs des populations de tourterelles soumises à la chasse.

En l’état actuel des connaissances, il apparaît donc urgent de raccourcir sensiblement la période légale de chasse de deux mois avec une ouverture mi-septembre, comme dans la plupart des îles Caraïbes. Ce n’est qu’à cette condition que les espèces dites gibier verront maintenir leurs effectifs, dans l’intérêt de tous, naturalistes comme chasseurs.

Il est grand temps que la Guadeloupe s’aligne sur ses voisines antillaises en matière de période de chasse. Cet alignement permettrait d’harmoniser la conservation des oiseaux migrateurs qui choisissent la voie des Antilles.

Comme le soulignait le Père Pinchon, les oiseaux migrateurs « enrichissent chaque année la parure de nos îles », aussi, « devrait-on les protéger au lieu de les décimer, afin de les inciter à revenir régulièrement dans nos régions ».

   

la Guadeloupe mauvaise élève des îles de la Caraibe !

Une enquête réalisée par l’ONC pendant le 11ème colloque de la Société Caribéenne d’Ornithologie (juillet 1998) révèle que parmi les îles de la Caraïbe, la Guadeloupe est celle dont la législation est la moins protectrice vis à vis des espèces sauvages.

En effet, elle possède non seulement

- la période de chasse la plus longue,

- échelonnée suivant les espèces,

- mais aussi le plus grand nombre de chasseurs 

- et le plus grand nombre d'espèces chassables (35 !)

....et si peu d'agents pour contrôler l'exercie de la chasse !!!

Sainte-Lucie est sans doute l’île antillaise exemplaire en matière de protection des espèces : fermeture totale de la chasse . La Martinique serait la deuxième île la moins protectrice de la faune. Les caractères excessifs de la chasse légale apparaissent donc comme une particularité des Antilles françaises au sein de la Caraïbe… 


                                          Quelles répercussions de cette chasse excessive ??

La pression de chasse excessive a des répercussions sur les espèces gibier, mais aussi sur les espèces protégées qui partagent les mêmes biotopes.

- Réduction drastique des populations d’espèces « gibier »
En premier lieu, cette chasse excessive, incompatible avec la biologie des espèces, conduit à une « réduction drastique des populations d’oiseaux » en Guadeloupe. Cette réduction drastique a causé et aggrave le statut précaire d’espèces sédentaires menacées (Grive à pattes jaunes, Colombe à croissants, …) et affecte de nombreuses espèces migratrices autrefois communes en Guadeloupe (une dizaine d’espèces d’Anatidés…). Si une telle pression de chasse se maintenait, les populations d’espèces actuellement communes pourraient subir le même sort (Colombe rouviolette, Tourterelle à queue carrée…). 


-  Atteinte des espèces protégées
Les caractères excessifs de la chasse légale précédemment décrits sont autant de facteurs augmentant le risque d’erreurs de tirs sur les espèces protégées. De plus, la longue période de chasse prolonge l’occasion donnée aux chasseurs de braconner les espèces non gibier ou gibier dont la chasse est interdite à cette période (port de fusil autorisé…). Pour ces raisons, en plus du raccourcissement de la période de chasse, le principe d’une date unique de chasse par biotope (et non plus par espèce) serait souhaitable. L’instauration d’un quota de chasseurs par territoire limiterait aussi ce risque de braconnage.

Les espèces protégées (Anatidés en particulier) risquent également d’être atteintes de saturnisme. Une intense activité de chasse en zone humide conduit en effet à une concentration très élevée de grains de plombs dans la zone.


- Dérangement très important lié aux tirs
Au vu des effectifs de chasseurs présents sur un même site et des prélèvements excessifs (un individu tué « nécessite » plusieurs essais), les tirs causent un dérangement important à l’avifaune de Guadeloupe. Il atteint son maximum dans les zones humides. Les impacts négatifs du dérangement s’observent chez toutes les espèces, chassables et protégées, qui partagent le même biotope. Les oiseaux ainsi dérangés sont perturbés dans leurs fonctions d’alimentation (ce qui peut être d’autant plus préjudiciable pour les migrateurs) et de reproduction, quand ils ne fuient pas définitivement le site.

La belle Echasse d'Amérique (Himantopus mexicanus) a deja réalisé plusieurs tentatives de nidification sur le marais de Port-Louis. Tentatives avortées chaque fois dès l'ouverture de la chasse.

Dans les îles du Nord la faible pression de chase sur les étangs lui permet de nidifier pour le plus grand plaisir des habitants et des touristes !

               Echasse d'Amérique   qui ne parvient pas à nidier sur le marais de Port-Louis à cause de la forte pression    
 

Ce dérangement excessif a profondément modifié le comportement de vigilance des oiseaux en Guadeloupe et augmenté sensiblement leur distance de fuite. La plupart des oiseaux sont devenus beaucoup plus farouches.

A ce propos, l’exemple des Colombidés est frappant.

La Colombe à queue noire (Columbina passerina) dénommé "ortolan" en créole qui, dans toute son aire de répartition, n’a pas peur des humains, est une espèce certes répandue et commune sur l’Archipel guadeloupéen, mais très craintive. Sa méfiance vis à vis de l’homme est justifiée. En effet, ce petit colombidé était très pourchassé auparavant et représentait la cible favorite des jeux de lance - pierre.

                                                    Tourterelle à queue noire

A Barbade et Saint-Christophe, le Pigeon à cou rouge, le magnifique "ramier" fréquente les villes alors qu’en Guadeloupe, il est cantonné aux milieux forestiers !

Aux Saintes, grâce à l’arrêté municipal d’interdiction de la chasse en vigueur depuis 1976, les deux Colombidés très chassés sur « le continent », la Tourterelle à queue carrée et la Colombe à croissant, sont peu craintives, comme dans les autres îles de la Caraïbe. La Tourterelle à queue carrée est beaucoup plus  familière qu’en Guadeloupe "continentale".

 

 Les ornithologues et promeneurs sont toujours surpris du silence qui règne dans la forêt humide de Basse-Terre, qui pourtant, nous l’avons vu, abrite une avifaune riche et diversifiée. Cette « timidité » des espèces sauvages de l’Archipel induite par l’excessive pression de chasse depuis le début de la colonisation contrarie le développement de l’écotourisme.

Une biodiversité déja appauvrie par cette chasse excessive !!

Ce sont de telles pressions de chasse effrénées qui ont mené à la disparition définitive de nos perroquets endémiques : l’Ara de la Guadeloupe, l’Amazone de Guadeloupe et la Perruche de Guadeloupe…. au 19ieme siècle.  . Ces espèces ont disparu à jamais du patrimoine mondial (perte de biodiversité génétique et spécifique). Pas de réintroduction possible donc. Aujourd’hui nous regrettons leur extinction comme celle des flamants roses de la Pointe des Châteaux ou celle des Aigrettes bleues qui nichaient en colonie d’une centaine de couples sur l’îlet « la biche » du Grand Cul de sac marin décimées dans les années 195O . Et ce ne sont pas les quelques perroquets « exotiques » (originaires d’Afrique) exhibés dans les parcs zoologiques et animaliers, vendus en animalerie ou échappés de volière qui recolorent ou réaniment les forêts guadeloupéennes.

 

crédits photos : Béatrice Ibéné , Maurice Mahieu

sources:

- *AEVA, 2005 (Levesque A., Villard P., Barré N., Pavis C. & Feldmann P., ). Liste des Oiseaux des Antilles françaises. Rapport n°29 de l'Association pour l'Etude et la protection des Vertébrés et végétaux des petites Antilles (AEVA). Petit-Bourg, Guadeloupe, juillet 2005 : 24 pages.

- RAFFAELE, H. et J., WILEY, J., GARRIDO, O., KEITH, A. - Birds of the West Indies.- London, Helm, 1998.- 511p.

- IBENE, B - Conservation de la Faune sauvage de l'Archipel guadeloupéen : espèces sensibles et menacées, dangers, mesures de sauvegarde. Thèse pour le Doctorat vétérinaire - Ecole Nationale Vétérinaire de Toulouse- 2000. -136pp.

- GARRIGUES, R., SCHERRER, B., FERRAND, I. ANSELME, M., TAYALAY, G.  - L’activité sécrétrice du jabot : un indicateur du statut parental chez la Tourterelle à queue carrée (Zenaida a. aurita).- Gibier Faune Sauvage, 1991, 8, 149-160.

 

- ANONYME. - La chasse en Guadeloupe.- Rapport. ONF, Basse-Terre, 1978.- 63p.

 

- FELDMANN, P., VILLARD, P., BARRE, N. - Les populations d’oiseaux forestiers de la Basse-Terre en Guadeloupe.- In : 11ème rencontre Annuelle de la Société Caribéenne d’Ornithologie, Fort Royal, Deshaies, Guadeloupe, 23-30 juillet 1998.- pp.9. Deshaies, SCO – AEVA – PNG, 1998.- 42p

 

 

 

commentaires

chasseur 05/09/2016 16:32

pourquoi vous critiquez toujours les chasseurs alors que vous savez qu'il ne sont pas les seuls,responsables. Ceux qui détruisent les bords de mer du cote de saint François avec leurs Quads,ceux qui ont en partie bouché un petit marais pour faire des villas de luxe après la plage des raisins clairs ils le font en toute impunité

nelfise bernard 09/07/2014 20:45

J ai pu observer que l'accouplement de tourterelle à queue carré avec la tourterelle turc donnait un résultat pas très beau à l’œil, la question est de savoir si à terme la tourterelle turc ne prendrait pas le pas sur la queue carré, il est grand temps d'interdire cette chasse

nelfise bernard 09/07/2014 20:32

les passionnés qui ont quelques couples de ramiers en volière contribuent donc à une forme de protection de l'espèce

Faune Guadeloupe

Site officiel de L'ASFA : L'Association pour la Sauvegarde et la réhabilitation de la Faune des Antilles. Etude et Conservation de la Faune sauvage terrestre de la Guadeloupe et des Petites Antilles : amphibiens, reptiles, oiseaux, mammifères (chauves-souris). Sensibilisation et alerte du public et des autorités sur les menaces qui pèsent sur cette biodiversité, singulièrement sur nos espèces endémiques (dégradation des habitats naturels, chasse, pollutions, espèces exotiques envahissantes, ...). Une association libre et indépendante de défense et de préservation de ce patrimoine unique et irremplaçable !!

Hébergé par Overblog