Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Faune Guadeloupe

Scandale du Chlodécone et tant d'autres pesticides utilsés en Guadeloupe
qu'en est il de la faune et de la biodiversité ?




Les grenouilles , sentinelles de la pollution sont particulièrement vulnérables aux polluants de l'environnement du fait de leur respiration cutanée. En Guadeloupe, l'Hylode de Barlagne (Eleutherodactylus barlagnei) est particulièrement concernée par la pollution des eaux de rivières puisqu'elle est torrenticole. L'espèce  endémique d ela Basse-Terre est classée en Danger par L'UICN.

Tout aussi vulnérables , les  couresses (couleuvres) qui mangent des grenouilles ainsi que d'autres insectivores (anolis, oiseaux, chauves-souris) - Pour Michel Breuil c'est un des principaux  facteurs de raréfaction des grenouilles indigènes et des couresses dans les zones polluées.
 
La plupart  des animaux situés assez haut dans la pyramides alimentaires peuvent être touchés. Les organochlorés s'accumulent dans les tissus tt au long de la chaine alimentaire , aussi plus elle est longue ou complexe comme dans la mangrove, plus les animaux comme les piscivores (pélicans, balbuzard pêcheurs, chauve-souris Noctilion pêcheur) ou carnivores ( faucon pèlerin) accumulent des doses toxiques dans leur organes. C
es espèces étaient d'ailleurs en fort déclin dans le monde avant l'interdiction du DDT (un autre organochloré célèbre pour tant pour sa toxicité et sa bioaccumulation (rémanence).
 
Dans notre rapport d'étude chauves-souris 2006 (Contribution à l’étude des Chiroptères de la Guadeloupe – B. Ibéné, F. Leblanc  et C.Pentier., 2007 - Rapport final 2006. DIREN - L’ASFA - Groupe Chiroptères Guadeloupe.) nous faisons part de notre forte inquiétude sur le sort d'une espèce endémique la sérotine de la Guadeloupe (Eptesicus guadeloupensis) une grosse chauve-souris insectivore en apparente raréfaction classée en danger ppar L'UICN.
 

extrait du rapport  :
 
Ø      Conservation
 
La Sérotine de la Guadeloupe est une espèce rare d’après les inventaires par captures aux filets en Guadeloupe continentale : 3/331 captures en 1989 ; 1/ 329 en 1992 ; 3/243 en 2000 ; 0/274 en 2006.
 
Du fait de sa très faible répartition mondiale (Basse-Terre), de sa faible fréquence de capture et de son écologie (milieux forestiers dont certains non protégés), L’UICN place cette espèce parmi les espèces En Danger  EN B1+2C.
 
La Sérotine de la Guadeloupe est menacée par la déforestation et la fragmentation des habitats forestiers (bois et forêt mésophiles et inondées).
 
Cette grosse insectivore est sans doute aussi menacée par l’usage excessif des pesticides notamment des organochlorés (dieldrin, chlordécone)  en milieux forestiers et lisières qui peuvent non seulement diminuer la quantité des proies mais également contaminer la chaine alimentaire et se concentrer à chaque niveau trophique (bioamplification).
Il est probable que la sérotine concentre  ainsi les insecticides contenus dans ses proies. Phénomène de bioaccumulation démontré chez d’autres espèces de la famille, en particulier chez une espèce proche et de même poids qu’Eptesicus guadeloupensis : E. fuscus. O’Sheat et al. (2000) ont trouvé dans certains organes de cette sérotine dont le cerveau  des taux élevés de métaux lourds et d’organochlorés (DDT, Dieldrin). Or, certains de ces produits ont été largement employés en Guadeloupe (DDT, HCH, Lindane, …) et se retrouvent en grande quantité dans les eaux de source (Bonan & Prime., 2001) et dans certains organismes (Bouchon & Lemoine, 2003). Des pesticides organochlorés et pyréthrinoïdes,  rémanents et bioaccumulables  sont encore trop volontiers utilisés notamment par la l’agriculture, la spéculation bananière et l’élevage.
 
L’accumulation de tels polluants chimiques dans l’organisme des mammifères (cerveau, gonades, foie, pancréas,…) peut entraîner une mortalité directe ou d’importantes perturbations des fonctions endocriniennes avec des répercussions entre autres, sur la reproduction, et l’immunité.
 
L’absence de capture d’Eptesicus guadeloupensis en 2006 dans les milieux où elle avait été capturée des années auparavant à la même période nous apparaît très préoccupante d’autant qu’elle est présente dans le sud Basse-Terre région fortement touchée par la pollution aux organochlorés comme en témoigne le rapport de Bonan et Prime (2001). 
 
 
Cette espèce prioritaire doit bénéficier dans les années à venir  d’études spécifiques :
 
·        identification acoustique
·        prospection acoustique dans les stations où elle avait été capturée afin d’objectiver son apparente raréfaction
·        prospection acoustique dans les forêts littorales inondées.
·        prospection acoustique générale à la Basse-Terre puis plus largement
·        effort de capture ciblé suivant les résultats de la prospection acoustique
·        radiopistage (milieux trophiques et gîtes diurnes)
·        recherche de polluants (pesticides en particulier) dans les fèces d’individus capturés en lisière de bananeraies.



en savoir plus :
http://www.faune-guadeloupe.com/article-3611372.html

Published by asfa - - dégradation des habitats

commentaires

dominic Frontier 17/04/2013 18:41


http://dominicfrontier.blogspot.com/

Faune Guadeloupe

Site officiel de L'ASFA : L'Association pour la Sauvegarde et la réhabilitation de la Faune des Antilles. Etude et Conservation de la Faune sauvage terrestre de la Guadeloupe et des Petites Antilles : amphibiens, reptiles, oiseaux, mammifères (chauves-souris). Sensibilisation et alerte du public et des autorités sur les menaces qui pèsent sur cette biodiversité, singulièrement sur nos espèces endémiques (dégradation des habitats naturels, chasse, pollutions, espèces exotiques envahissantes, ...). Une association libre et indépendante de défense et de préservation de ce patrimoine unique et irremplaçable !!

Hébergé par Overblog