Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Faune Guadeloupe

Faune Guadeloupe

Site officiel de L'ASFA : L'Association pour la Sauvegarde et la réhabilitation de la Faune des Antilles

Publié le par asfa
Publié dans : #Asfa com (press book)

 

 

Voir les commentaires

Publié le par asfa
Publié dans : #Catastrophes naturelles

 Les effets directs des cyclones sur la faune :

Ils concernent la mortalité des animaux provoquée par les vents, les pluies, et les vagues submergeant les côtes. Tous les animaux sont touchés, aussi bien les aériens que les terrestres.

Pascal Villard, qui a suivi par émetteurs radios 7 pics de la Guadeloupe après l’envol en 1995, a pu constaté le lourd tribut payé par les jeunes inexpérimentés aux ouragans. En effet, 2 jeunes qui avaient survécu 40 jours après l’envol ont été retrouvés morts après le passage de Luis. Le dernier survivant 78 jours après l’envol a connu le même sort avec le passage de Marilyn.

                                       jeune pic juste avant l'envol

Cette vulnérabilité des juvéniles est sans doute généralisable aux autres espèces. Nombre de jeunes oiseaux ou chauves-souris doivent se laisser surprendre par les rafales de vents et les pluies diluviennes.

Les iguanes peuvent être violemment arrachés des arbres. Les plus chanceux se retrouvent en mer où ils pourraient survivre plus d’une semaine. Une semaine après les cyclones de 1995, des iguanes verts dont les caractéristiques laissent penser qu’il s’agit d’individus des Saintes, ont été retrouvés à Barbuda et Antigua.

Les animaux qui fréquentent les rivières peuvent êtres entraînés par les fortes crues qui accompagnent certains ouragans comme ce fut la cas lors de Luis et Marilyn.

Un autre effet direct des ouragans est la destruction des nids et avec eux, des couvées ou nichées, d’autant que beaucoup d’oiseaux sont encore en reproduction pendant la période cyclonique. La destruction des nids concernent tous les milieux forestiers. En effet, même les arbres de la forêt dense peuvent souffrir. Labbé et Meloni ont étudié l’impact d’Hugo sur des parcelles échantillons de 1 ha de la forêt humide basse-terrienne. Il ressort de cette étude que près de 25 % des arbres ont été violemment touchés : 9,5 % sont morts et 13,8 % ont pris une allure « chandelle » (1/4 de ces derniers mourront).

Les portées des chauves-souris qui gitent  dans les feuillages comme L'Ardops des petites Antilles (Ardops nichollsi) sont d'autant plus vulnérables.

                                       ardops des petites Antilles

Les cyclones causent aussi un lessivage des pontes d’iguanes et des autres reptiles.

                               Couresse (couleuvre) de la Guadeloupe
 

 

 

Effets indirects des cyclones sur la faune :


Ces effets différés sont les plus dommageables pour les espèces sauvages. Ils se vérifient encore parfois plusieurs années après le passage d’un cyclone dévastateur. 

Disparition des sources alimentaires
La destruction de la végétation causée par un ouragan prive de nourriture pendant de longues semaines de nombreuses espèces et les menace de dénutrition sévère. Wiley & Wunderle ont montré que les oiseaux les plus menacés d’inanition après un cyclone sont les nectarivores (colibris, sucriers à ventre jaune), granivores (Colombidés, moqueurs, grives…) et les frugivores (sporophiles, grives, moqueurs...). Les colibris sont d’autant plus sensibles que ces minuscules oiseaux (le Colibri huppé est un des plus petits oiseaux du Monde) à très haut métabolisme énergétique n’ont aucune résistance à la privation alimentaire, même de très courte durée. Le Colibri falle-vert est d’ailleurs totalement absent de l’inventaire réalisé par AEVA en 1996 dans la forêt de Basse-Terre, ce qui fait penser qu’il a été particulièrement affecté par les ouragans Luis et Marilyn.

sucrier à ventre jaune

De même Pedersen et al. ont constaté une diminution importante des populations de chauves-souris frugivores ou nectarivores (Artibeus jamaicensis, Ardops nichollsi, Monophyllus plethodon...) après le passage du cyclone Hugo sur l’île de Montserrat, alors que les populations d’espèces omnivores et insectivores (Brachyphylle des Antilles Brachyphylla cavernarum,…) ont elles, augmenté. Les insectes abondent en effet dans la période post-cyclonique. Cette profonde modification de la dynamique des populations a été vérifiée pas moins de 5 ans après le passage de l’ouragan !

                   monophylle des petites antilles, petit guimbo nectarivore

Une étude menée  à Petite-Terre entre 1995 et 1996 a mis en évidence une chute de la population d’Iguanes des Petites Antilles après le passage de Luis et Marylin. La densité moyenne est en effet passée de 88 individus/ha en 1995 à 34/ha en 1996 !. Ce grand reptile végétarien a certainement subit le sur-salage de la végétation et la défoliation qui ont suivi le passage des ouragans.

La disparition des ressources alimentaires peut être à l’origine de comportements erratiques ou totalement inhabituels. Plusieurs espèces ont ainsi été observées en quête de nourriture hors de leur habitat naturel.
Bénito-Espinal et Haucastel rappellent que lors du cyclone David qui ravagea la Dominique et la Martinique en 1979, des centaines de Pigeons à cou rouge (Columba squamosa) « affamés et fatigués se sont abattus sur la Guadeloupe ».

Après Hugo, des Colibris madère, inféodés à la forêt hygrophile dont ils butinent les Balisiers et Bois doux, ont été surpris en train d’exploiter les fleurs de Poiriers de Petite-Terre, alors qu’il n’en consomment absolument pas dans leur habitat habituel.

Ces exemples soulignent aussi l’importance des îles satellites qui, épargnées par un cyclone, peuvent offrir des ressources alimentaires de substitution à des oiseaux dont l’habitat naturel est devenu insuffisamment nourricier.


Disparition des sites potentiels de nidification
Les oiseaux les plus concernés sont ceux qui nichent dans les grands arbres (les Mimidés, certains Colombidés, le Pic de Guadeloupe…). Quand la végétation se reconstitue lentement, même la saison de reproduction suivante est compromise. C’est notamment le cas pour les espèces de mangrove qui sont confrontées à une très lente reconstitution naturelle de leur milieu. Plus de 15 ans  après le passage du cyclone Hugo qui fut meurtrier pour un grand nombre d’arbres des mangroves de Guadeloupe, des stigmates de la catastrophe sont encore visibles. 


Augmentation de la vulnérabilité à la chasse et aux prédateurs
La défoliation qui touche la quasi-totalité des arbres cyclonés augmente les pression de prédation et de chasse. En effet, les prédateurs et les chasseurs repèrent plus facilement leurs proies dans ces milieux perturbés, soudainement ouverts à la lumière. Les espèces les plus vulnérables sont celles qui vivent habituellement en canopée fermée, dans les forêts sempervirentes comme la forêt humide ou la forêt marécageuse. Là encore, la vulnérabilité des espèces dépendra aussi de la vitesse de reconstitution de la végétation. 

 


 

Moratoires après le passage d’un cyclone sur l’Archipel


Les effets directs ou indirects des ouragans sur la faune et, en particulier, l’augmentation de la vulnérabilité des oiseaux à la chasse, doivent décider les autorités à suspendre immédiatement toute activité de chasse sur la Guadeloupe après le passage d’un cyclone. Compte tenu du rôle de refuge déterminant que peuvent jouer les îles non cyclonées pour certaines espèces, il est nécessaire que cette mesure s’applique sur l’ensemble de l’Archipel guadeloupéen. Une telle interdiction de chasser devrait s’étendre au moins jusqu’à la prochaine saison de chasse. A part la Martinique, dans toutes îles voisines soumises à la chasse, les moratoires sont maintenus logiquement pendant plusieurs années (au moins 2 ans) afin que les populations se restaurent. 

                                                         ***

Les cyclones ont donc une action néfaste sur la plupart des espèces sauvages. Toutefois, ces météores sont un élément déterminant dans la structure des écosystèmes aux Antilles, notamment en sélectionnant les espèces insulaires éclectiques dans leur alimentation et dans leur habitat. Waide et Pedersen et al. relient directement l’existence de nombreuses espèces d’oiseaux ou chauves-souris « généralistes » dans leur alimentation à la récurrence des cyclones.

En fait, les effets délétères des cyclones sur les populations animales sont exacerbés par d’autres menaces anthropiques (destruction des habitats, introduction d’animaux prédateurs et opportunistes, excessive pression de chasse…). L’action des cyclones peut être fatale aux espèces dont les populations ont été réduites et les habitats déjà fragmentés par l’action de l’homme.

La reconstitution des populations dépendra donc de l’étendue des dégâts occasionnés à la végétation ainsi que de sa vitesse de reconstitution, de la dynamique propre de l’espèce (taux de reproduction), mais aussi et surtout des autres facteurs de régression de l’espèce.

crédits photos: Jérôme Oster, Béatrice Ibéné

Sources:

 

 - BARRÉ, N., FELDMANN, P., VILLARD, P. - Inventaire des vertébrés des mangroves et des forêts inondées de la Rivière Lézarde et de la Pointe Roujol (Petit-Bourg, Guadeloupe) - Rapport AEVA, 1997, n°17, Petit-Bourg, Guadeloupe.- 18p.

- BÉNITO-ESPINAL, E., & HAUTCASTEL, P. - Les oiseaux menacés de Guadeloupe et de Martinique. - In : Liste rouge des oiseaux menacés d’Outre Mer. – Saint-Cloud, C.I.P.O., 1988. Monographie n°5, 37-54.

-Breuil M. - Histoire naturelle des Amphibiens et Reptiles terrestres de l'archipel Guadeloupéen. Guadeloupe, Saint-Martin, Saint-Barthélemy. Patrimoines Naturels, 54, Paris, SPN / IEGB / MNHN.2002. 339 pp

- CABANIS, L. - Estimation de la population d’Iguana iguana aux îles de la Petite Terre (Guadeloupe).- Mémoire : Maîtrise  Biol. Pop. Écosyst. :  Pointe-à-Pitre, Université des Antilles et de la Guyane  : 1998.

- FELDMANN, P.- Luis, Marylin et les oiseaux…- Le Toto-Bois, 1995, 4, 7.

- FELDMANN, P., BARRÉ, N., BREUIL, A., BREUIL, M., LORVELEC, O. PAVIS, C. - Les vertébrés terrestres du site du projet de barrage de Bras David (Basse-Terre). Rapport AEVA, 1996, n°14., Convention AEVA /Stucky S.A., Petit-Bourg, Guadeloupe, 54p.

- IBENE, B - Conservation de la faune sauvage de l'archipel guadeloupéen. Espèces sensibles et menacées, dangers, mesures de sauvegarde. Thèse pour le Doctorat vétérinaire- ENVT. 2000. 136pp.

- LABBÉ, P. & MÉLONI, S.  - Impact du cyclone Hugo sur les peuplements de forêt dense humide à la Guadeloupe – Rev. For. Fr.,  1993, 45 : 27-36. 

- PEDERSEN, S. C.,  GENOWAYS, H. H., FREEMAN, P.W. – Notes on bats from Montserrat (Lesser Antilles) with comments concerning the effects of hurricane Hugo. – Caribbean journal of science, 1996, 32, 2, 206-213.

- VILLARD, P. - Le Pic de la Guadeloupe. - Brunoy,  S.E.O.F., 1999. - 135p.

- WILEY, J.W. & WUNDERLE, J.M. - The effect of hurricanes on birds, with special reference to Carribean islands.- Bird Conservation International, 1993, 3, 319-349.





Voir les commentaires

Publié le par asfa
Publié dans : #Asfa com (press book)

Voir les commentaires

Publié le par asfa
Publié dans : #Sauvons l'Etang de Castaing (Sainte-Anne)

 

Biodiversité en avifaune des zones humides

de l'étang de Castaing (Sainte-Anne)

 Nom commun  Nom latin Nom créole  statut en Guadeloupe statut sur l'étang
Aigrette neigeuse Egretta thula             aigrette nicheuse  sédentaire, repos alim
Grande aigrette Ardea alba gran crabié blan migratrice régulière repos, alim
Héron vert  Butorides virescens kio nicheur sédentaire nicheur sédentaire
Petit blongios  Ixobrychus exilis kio jaune nicheur sédentaire nicheur sédentaire
Grand héron Ardea herodias crabié radar migrateur régulier alim, repos
Aigrette bleue  Egretta caerulea  héron bleu migratrice alim, repos
Héron garde-boeuf  Bubulcus ibis

kio blanc

pik boeuf

sédentaire régulier alim, repos
Ibis falcinelle  Plegadis falcinellus   très rare, erratique

alim,repos

Grèbe à bec bigarré  Podilymbus podiceps plongeon nicheur sédentaire

sédentaire, nicheur

Gallinule poule d'eau  Gallinula chloropus poule d'eau nicheuse sédentaire régulière sédentaire nicheur
Foulque d'amérique  Fulica americana  Poule d'eau à cachet blanc nicheur, sédentaire nicheur
Foulque à cachet blanc  Fulica caibaea  Poule d'eau à cachet blanc  nicheur, sédentaire  nicheur?
Erismature rousse  Oxyura jamaicensis    nicheur nicheur
Erismature routoutou Nomonyx dominica  routoutou   nicheur nicheur
Sarcelle à ailes bleues  Anas discors  sarcelle  migrateur  alim, repos
Petit fuligule  Aythya affinis    migrateur  alim, repos
Martin pêcheur d'Amérique  Megaceryle alcyon  pie, martinpecheur migrateur régulier  alim, repos
Balbuzard pêcheur  Pandion haliaetus gligli montagne migrateur régulier en pêche
Sterne royale  Sterna maxima mauve

migrateur

nicheur(SB)

en pêche
 Pélican brun  Pelecanus occidentalis grand gosié

 sédentire

nicheur (st bath)

dortoir, pêche, en colonie
 Mouette atricille Larus atricilla  mauve tête noire  migrateur pêche

Inventaire issu des observations réalisées par les naturalistes de l'ASFA (Béatrice Ibéné, Maurice Mahieu, Pierre Garnier, Isabelle Houllemare, Céline Etzol, Emmanuel Ibéné)

Sans compter les espèces observées autour de l'étang : tyran gris , grive des savanes, paruline jaune, quiscale merle, ani à bes lisse, sporophile roug-gorge, sporophile à face noire, sucrier à poitrne jaune, élénie siffleuse, tourterelle  à queue carré, tourterelle à queue noire, ...

Voir les commentaires

Publié le par asfa
Publié dans : #Conférences-Diaporamas

 

L'ASFA aux Assises Régionales du Développement durable

vendredi 08 décembre 2006 au WTC à Jarry

A l'invitation de la Région Guadeloupe , L'ASFA a participé à "L'Atelier Environnement " des Assises Régionales (Thème : Patrimoine naturel et biodiversité : pourquoi les protéger ?)  en présentant un diaporama commenté 

"Sites menacés : quels risques pour la Biodiversité ? "

A travers des photos des sites de l'archipel guadeloupéen les plus menacés par  les pressions anthropiques (littoral, zones humides, forêt des grands-fonds)  et des espèces remarquables inféodées à ces milieux, Béatrice Ibéné (Présidente de L'ASFA) expose les risques encourrus par les espèces animales les plus vulnérables  et ce que nous avons à perdre de l'érosion continue de cette biodiversité.

Voir les commentaires

Publié le par asfa
Publié dans : #Chauves-Souris

L'Ardops des Petites Antilles

Ardops nichollsi  

Synonymie : guimbo

Description :Phyllostomidé (feuille nasale) de 20 à 29 gr. Pelage brun dessus, grisâtre dessous avec une tâche blanche bien visible au niveau de l'épaule.  On observe deux étages de poils au niveau de la tête et du dessus du corps. L'iris est de couleur vert olive. L'uropatagium est très étroit.

 

Répartition : endémique des Petites Antilles.

La sous-espèce Ardops nichollsi annectens est endémique de la Guadeloupe (Basse-Terre, Grande-Terre, Marie-Galante, Désirade, les Saintes)

Habitat : bois et forêts sèches, mixtes et humides.

Il gîte uniquement dans les feuillages.

Alimentation : fruits, entre autre des genres Piper ("bois chandelle", "queue à rats") et Clusia.

 

Conservation: vulnérabe aux intempéries (cyclones) et à la déforestation bien qu'on le rencontre dans certains milieux forestiers dégradés.

Crédit photo : Béatrice Ibéné

Voir les commentaires

Publié le par asfa
Publié dans : #Photos Chauve-souris

Quelques photos du Noctilion pêcheur  

         Noctilio leporinus             "bulldog bat "    "chauve-souris bouledogue"  "chauve-souris pêcheuse"

 

le plus gros Guimbo de la Guadeloupe (jusqu'à 90 à grammes et 70 cm d'envergure); Cette chauve-souris pêche des poissons en mangrove, forêt marécageuse, dans les marais, les étangs. ...

 crédits photos : Anne et Michel Breuil ; Béatrice Ibéné

Voir les commentaires

Publié le par l'asfa
Publié dans : #Exposition itinérante sur le Pic de la Guadeloupe

Bilan de l'exposition de l'ASFA

 

« Le Pic de la Guadeloupe, un oiseau unique au Monde »

 

Edition 2006

 

 

 

Manifestation

Lieu

   dates

Fréquentation 

 


Collège Pitat Basse-Terre

9-13 Janv 2006

15 

adultes

290 

élèves

12

classes

Centre Aéré Agouti

Ecole de Deshauteurs Sainte-Anne

17-22 Juillet 2006

12

40 

 

 

 

Semaine de la Science 

 Collège

la jaille

23-28 Juillet

2006

22

  482   élèves

17

       TOTAUX

2006


 

17 journées 

 

 49

 

           812    élèves

 
 
 

 expo au collège la Jaille

Semaine de la Science - Novembre 2006

 

(photos : Marie-josé Pentier)

 

 

 

 

 

 

expo au collège Pitat à Basse-Terre, Janvier 2006

 

(photos: Jérome Oster)

 

 

Voir les commentaires

Publié le par asfa
Publié dans : #Conférences-Diaporamas

Bilan des manifestations animées par L’ASFA 

dans le cadre de la Semaine de la Science 2006

 

                                                         Télecharger le bilan

 

*      Diaporamas commentés 

 

 

 

 

Thème

 

 

 

 

Date

 

 

 

 

lieu

 

 

 

 

Etablissements, classes

 

 

 

 

Nombre d’élèves

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les chauves-souris de la Guadeloupe

 

 

 

 

 

 

 

 

23/11/06

 

 

 

 

Médiathèque du Gosier

 

 

 

 

Collège A. Isaac

 

 

 

 

 6ième

 

 

 

19

 

 

 

 

23/11/06

 

 

 

 

Médiathèque du Gosier

 

 

 

 

Ecole de Mango Gosier

 

 

 

 

CM2

 

 

 

 

Collège St Dominique le Moule

 

 

 

 

 6ième

 

 

 

25

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

25

 

 

 

 

24/11/06

 

 

 

 

Collège la Jaille

 

 

 

 

 

 

 

 

Collège la Jaille

 

 

 

 

3ième

 

 

 

20

 

 

 

 

Les oiseaux des zones humides de la Guadeloupe

 

 

 

 

23/11/06

 

 

 

 

Médiathèque du Gosier

 

 

 

 

Ecole Sideme Salvator PàP

 

 

 

 

CE1

 

 

 

21

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Pic de la Guadeloupe

 

 

 

24/11/06

 

 

 

Ecole de coma

 

 

 

 

Abymes

Ecole de coma

 

 

 

 

Matrn, CP, CE1-2 CM1-2

85

 

 

 

 

 

 

 

 

Total

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

195 élèves

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

    

 

 

 

 

  

 

 

 

 

 

 

 

*      Exposition itinérante et multimédia : 

                          « le Pic de la Guadeloupe , un oiseau unique au Monde »

 Expo : Kakémonos, panneaux photos, diaporama, film 10 min, sonorisation…

 

Du 23/11 au 28/11//06 au  Collège de la Jaille -  Baie-Mahault  

                                                

 

 

 

 

 

 

 

Fréquentation :                         

 

 

 

 

                                                   * Collège la Jaille , Baie-Mahault :

 

Classe

 

 

 

6ième

 

 

 

5ième

 

 

 

4ième

 

 

 

3ième

 

 

 

Total

 

 

 

N classes

 

 

 

5

 

 

 

2

 

 

 

3

 

 

 

5

 

 

 

15

 

 

 

N élèves

 

 

 

140

 

 

60

 

 

 

87

 

 

 

145

 

 

 

432 élèves

 

 

 

 

 

 

 

                                 * Ecole du Lamentin :     2 classes                   50 élèves

 

TOTAL EXPO :     482 élèves

                                                                                                           + 22 adultes

 

 

 

crédits photos: Marie-josé Pentier, isabelle Houllemare, B Ibéné

Voir les commentaires

Publié le par asfa
Publié dans : #SORTIES NATURE MENSUELLES

Sortie découverte du 26 Novembre organisée dans le cadre de la Semaine de la Science :

 Littoral et Mangrove de Saint-Felix Gosier

Parcours: observatoire ornithologique, mangrove, , la grande saline de Saint-Félix, forêt sèche du littoral

Durée environ 3H00

Attraits :
diversité de biotopes représentatifs des côtes de la Grande-Terres tels mangroves et forêts littorales, petites falaises, plages sableuses

Récit de la promenade:
Arrivé à 8h00 au parking de l'Anse Dumont, le groupe s'est rassemblé à l'observatoire ornithologique. Christian présente l'Association aux nouveaux . l'obervation des oiseaux de la lagune de l'anse Dmont commence. Nous profitons des riches explications de Béatrice et Pierre sur les oiseaux des zones humides. Un magnifique Grand héron nous y attendait, puis pas moins de 5 autres espèces se sont succédées sous nos yeux émerveillés. Une superbe grande aigrette se pose sur l'ilot de palétuviers au cente de la lagune se laisse obsever. On repère même des iguanes verts (invasifs) prennant des bains de soleil au sommet des palétuviers noirs.

Vers 9H20 la marche commença par le sentier en mangrove très intéréssant au niveau de la flore : tous les types de palétuviers y sont !...Isabelle nous explique alors comment les différencier. Le sentier longe une partie de la grande saline de Saint-Félix que nous apercevons à travers les entrelacs des racines arceaux des palétuviers rouges. D'un coté les palutuviers, de l'autre figuiers, gommiers rouges, lianes.....typiques de la forêt sèche.

a mi sentier une petite halte pour évoquer un habitué des lieux en coturne : le Noctilion pêcheur ou bulldog bat; C'est le plus guimbo de la Guadeloupe (70 c d'enverdure, 90 grammes). Il pêche des poissons en mangrove et en  forêt marécageuse ou dans les étangs et mares.

Nous rejoignons le sentier littoral à travers la forêt sèche et arrivons sur une petite plage sableuse : raisiners bords de mer, catalpas dont nous rappelons les caractères qui les distinguent des mancelliners.

Après une petit topo herpéto sur l'iguane des petites Antilles nous arrivons à la plage des Salines. Nous y avons fait une petite halte. Là, une grande aigrette et un splendide balbuzard pêcheur nous ont honoré de leur présence. Les habituels pélicans bruns et frégates magnifiques nous survolent. Quelques bécasseaux semipalmés cherchent leur pitance dans les varechs.

Le retour s'est effectué par le sentier littoral traversant la forêt sèche littorale : queques splendides mapous et  de beaux panoramas à comtempler.

 A la fin du parcours le balbuzard est de nouveau apparut avant de disparaître au loin...

Oiseaux observés:


-un balbuzard pêcheur
-un martin-pêcheur d'Amérique
-des gallinules poules d'eau jeunes et adultes
-un grand héron
-des grèbes à bec bigarré
-2 grandes aigrettes
-des hérons gardes boeufs
-des hérons vertsou " kios"
-des pélicans bruns (adultes et immatures)

-des frégates magnifiques

- des quiscales merles

- des tyrans gris ("pipirit")

-des sucriers à poitrine jaune

-des tourterelles à queue noire (ortolans)
...

et ausi des iguanes verts, des crabes touloulous,

Personnes présentes 28 personnes

Voir les commentaires

<< < 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 > >>

Articles récents

Hébergé par Overblog