Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Faune Guadeloupe

Mangrove de la pointe de la verdure
UNE  BONNE NOUVELLE !! 
et c'est une première en Guadeloupe !!!
l'entrepreneur s'est vu contraint de "réparer" une partie du préjudice causé à la mangrove en enlevant le remblais sur la lagune. Visiblement les immeubles construits sur l'autre partie du remblais ne bougeront pas eux mais c'est un début , nous saluons la mobilisation des associations ainsi que celle des services de l'Etat et l'intervention de la justice qui ont été jusqu'au bout afin de faire respecter la législation en vigueur sur les zones humides.
En espérant que ça servira de leçon au Maire du Gosier  qui avait délivré un permis de construire sans aucune considération environnementale !





------------------------------------------------------------------------



AHURISSANT ! Ca se passe en Guadeloupe en 2008
Variante du Grenelle de l'environnement adoptée par la commune du Gosier

La mangrove de la Pointe de  la verdure (en face du Casino du Gosier ) est en voie de remblaiement malgré les PV dréssés. La faune
inféodée  aux zones humides (crustacés, poissons, oiseaux, chauves-souris,...)  perd encore un habitat précieux et la commune du Gosier perd un site écotouristique.




Comme si on ne savait pas ... on continue de combler la mangrove pour construire des habitations (bonjour
la liquéfaction des sols et les dégats en cas de tremblement de terre!) comme si on ne savait pas l'importance de ces zones humides pour le maintien de la biodiversité (et donc pour le dévéloppement économique et écotouristique ), comme si on se connaissait pas le bouclier protecteur que représente ces mangroves en cas de raz de marée ou de tsunamis,.....

Nos grands-parents n'ont certes pas fait mieux, des milliers d'hectares de mangrove et forêt marécageuse ont été remblayés mais eux ne savaient pas bien tout ça,  aujourdhui nous SAVONS et détruisons en toute connaisance de cause.

Puisque visiblement ces élus se moquent de la préservation durable de la Guadeloupe, se moquent des générations futures , rappelons-leur que ces milieux SONT  PROTEGES PAR LA LOI et que ce non-respect est PENALEMENT SANCTIONNE :


 
extrait de la plaquette : Les zones humides expliquées aux Maires  réalisée par UMINATE :
www.naturemp.org et www.uminate.assso.fr


Mais l'Etat est -il encore le garant du respect des lois  protégeant l'environnement en Guadeloupe ?

Nous poserons la question directemment au Ministre  et au Président de la République puisque force est de constater que les réprésentants locaux de l'Etat s'efforcent plus de "ménager" les élus que de faire appliquer les lois de la République Francaise.


MAIRE DU GOSIER ... TOUJOURS ...
PA KONET MOVE !

Le Maire du Goiser (encore lui)  prévenait il y a peu dans le quotidien local qu'il projettait  de faire construire un complexe touristique sur les mangroves de Grand Baie. Il prévient qu'il ne renoncera pas à ce projet pour "deux trous à crabes et trois tourterelles" .

Méconnaissance totale du patrimoine naturel de sa commune, méconnaissance du potentiel que représente ce patrimoine naturel POUR le développement touristique de sa commune et l'éducation à l'environnement (rappelons que la commune du Gosier abrite le "Lycée Hôtelier de la Guadeloupe").

Monsieur le Maire du Gosier soyez assuré que 
Les associations de Protection de la Nature ne laisseront pas faire !
Plusieurs associations sont d'ailleurs agréées et pourront ester en justice , les autres continueront à sensibiliser l'opinion publique !

A bientôt....

Béatrice Ibéné


Les oiseaux que vous ne verrez plus à la pointe de la Verdure si ça continue :
oiseaux des zones humides.

Le Noctilion pêcheur 
cette superbe chauve-souris piscivore, a perdu un site de pêche de prédilection.                               panneau extrait de l'exposition multimédia de L'ASFA sur les chauves-souris



commentaires

bilbo 23/09/2009 14:12


Et le remblai a côté de LaKasa. Qui s'en préoccupe ?


Anonyme 18/09/2008 21:58

En
ce qui concerne les actions en justice, une association agréée peut intervenir sous deux formes différentes :
 
-
Intenter des recours en annulation auprès du Tribunal Administratif,
à l’encontre d’arrêtés préfectoraux ou municipaux : permis de construire,
autorisation d’ouverture de carrière, dates et ouvertures de la chasse,
régulation des « nuisibles »… L’objectif est de voir suspendu
et/ou annulé l’arrêté administratif concerné.
  -
Se constituer partie
civile dans
des affaires qui sont jugées en Tribunal de Police suite à l’établissement
d’un procès verbal d’infraction rédigé par un agent assermenté :
destructions d’espèces protégées, braconnage, utilisation d’engins prohibés…
L’objectif est de faire valoir que l’association a subi un préjudice
au regard de ses statuts et de ses actions (protéger la nature) et qu’à
ce titre elle a légitimé de demander des dommages et intérêts financiers.

(source : http://www.naturemp.org)

 

Anonyme 15/09/2008 23:31

Vous posez la question suivante : "L'Etat est-il encore le garant du respect des lois protégeant l'environnement en Guadeloupe ?".Permettez moi d'y répondre à ma manière. Considérant que l'Etat ne se donne pas les moyens d'exercer ces pouvoirs régaliens et notamment en matière de contrôle de légalité (contrôle de la légalité administrative des décisions prises à l'échelle locale : permis de construire notamment) et considérant l'incompétence de nos élus locaux, je ne peux que répondre par la négative... Hélas !D'ailleurs concernant la Pointe de la Verdure, l'Etat n'a pas exercé son premier rôle régalien qu'est le contrôle de légalité et n'est intervenu quand contrôle de deuxième ordre (si je puis dire) par la police de l'eau et des milieux aquatiques. La préservation de l'environnement et plus particulièrement de la faune et de flore antillaises ainsi que leurs habitats plus que menacé doit être la préoccupation de tous les citoyens.La préservation des zones humides littorales de Guadeloupe, garantes de notre société insulaire, doit être la préoccupation majeure de tous les acteurs de l'environnement.

Faune Guadeloupe

Site officiel de L'ASFA : L'Association pour la Sauvegarde et la réhabilitation de la Faune des Antilles. Etude et Conservation de la Faune sauvage terrestre de la Guadeloupe et des Petites Antilles : amphibiens, reptiles, oiseaux, mammifères (chauves-souris). Sensibilisation et alerte du public et des autorités sur les menaces qui pèsent sur cette biodiversité, singulièrement sur nos espèces endémiques (dégradation des habitats naturels, chasse, pollutions, espèces exotiques envahissantes, ...). Une association libre et indépendante de défense et de préservation de ce patrimoine unique et irremplaçable !!

Hébergé par Overblog