Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Faune Guadeloupe

<< < 1 2 3 4 5 6 7 > >>

Les Reptiles de l’Archipel guadeloupéen (terrestres)

    (d’après Michel Breuil)

 

 

 

 

               Anolis à tête marbrée (Ph: B ibéné)

I-  Squamates : lézards et serpents

  1- les lézards (lacertiliens) :

      -  les iguanes (Iguanidés) :

- l’iguane des Petites Antilles (Iguana delicatissima)

Iguane des petites Antilles (Photo: RB/ASFA)

[Pas de grosse écaille sous le tympan ; maximum 10 épines sur le fanon et seulement en partie supérieure ; queue unie jamais annelée]

- l’iguane commun ou Iguane vert (Iguana iguana)  INT. INV.

 

 

  

Iguane vert ou commun (Photo: B Ibéné)

[Une Grosse écaille sous le tympan ; plus de 10 épines sur le fanon ;queue annelée de rayures noires]

      - les anolis (Polychrotidés)

- l’anolis de Marie Galante (Anolis ferreus)

                                                    crédit photo : Jérome Oster

- l’anolis d’Anguilla (Anolis gingivinus)

- l'anolis à tête marbré (Anolis marmoratus)
- l’anolis de Petite-Terre (Anolis (marmoratus )chrysops)
- l’anolis de la Désirade (Anolis (marmoratus) desiradei)
- l’anolis de Kahouanne (Anolis (marmoratus) kahouannensis)
- l’anolis de Saint-Martin (Anolis pogus)
- l’anolis des Saintes (Anolis terraealtae)

 

 

 

      - Holotropides (Holotropidés) :

- holotropide roquet (Leicephalus cf. cuneus) EXT.

      - les geckos (Geckkonidés)

- l’hémidactyle mabouia (Hemidactylus mabouia) INT.
- le sphérodactyle bizarre (Sphaerodactylus fantasticus)
- le petit sphérodactyle à grosse écailles (Sphaerodactylus parvus)
- le sphérodactyle d’Anguilla (Sphaerodactylus sputator)
- le Thécadactyle à queue épineuse  (Thecadactyle rapicauda)

Thécadactyle à queue épineuse (Photo: B Ibéné)

      - les gymnophtalmes (Gymnophtamidés)

- le gymnophtalme d’Underwood (Gymnophtalmus underwoodi)
- le gymnophtalme de Plée (Gymnophtalmus pleii)

      - les améives (Téidés)

- l’améive de la Guadeloupe (Ameiva cineracea) EXT.
- le grand Améive (Ameiva major) EXT.
- l’améive de Plée (Ameiva plei)

Améive de Plée (Saint-Barthélémy) . Ph : B Ibéné

      - les scinques (Scincidés)

- le scinque mabouya (Mabuya mabouya)
- le scinque sloanien (Mabuya sloanii)

  2- Les Serpents (ophidiens)

      - les couleuvres (Colubridés)

- la couresse de la Guadeloupe (Alsophis antillensis)

jeune Couresse de la Guadeloupe (Photo : B Ibéné)

- la couresse d’Anguilla (Alsophis rijgermaei)
- la couresse des Saintes (Alsophis sanctonum)

                                   Couresse des Saintes (de Terre de Bas)    (crédit photo : Jérome Oster)


- la petite couresse (Liophis juliae

 

 

 

 

     - les typhlops (Typhlopidés)

- le typhlops de la Guadeloupe (Typhlops guadeloupensis)
- le typhlops de Saint-Barthélémy (Typhlops annae)
- le typhlops brame (Ramphotyphlops braminus) INT. INV


II- Chélonniens : les Tortues (terrestres et palustres)

   - Testudinidés :

-  La tortue charbonnière (Chelonoidis carbonaria)
- La tortue denticulée (Chelonoidis denticulata)

   - Emydidés

- La trachémyde à tempes rouges (Trachemys scripta elegans) INT.INV.
- La trachémyde de Porto Rico (Trachemys stejnegeri)

  - Pélomédusidés

- La péluse de Schweigger (Pelusios castaneus)

Légende EXT. : Eteint,  Disparu  INT. : Introduit  INV. :  Invasif.

 SOURCES : , Breuil M. - Histoire naturelle des Amphibiens et Reptiles terrestres de l'archipel Guadeloupéen. Guadeloupe, Saint-Martin, Saint-Barthélemy. Patrimoines Naturels, 54, Paris, SPN / IEGB / MNHN.2002. 339 pp

http://www.mnhn.fr/publication/spn/cpn54.html

Voir les commentaires

L'Iguane des Petites Antilles
Iguana delicatissima (Iguanidés)

Iguane des Petites Antilles (Photo : Michel Breuil)

Répartition géographique : endémique des Petites Antilles. Il est présent à Anguilla, Saint-Martin, Saint-Barthélémy, Saint-Eustache, Antigua, en Guadeloupe, Dominique et Martinique.

Quantitativement, l'île de la Dominique possède la plus grande population continue de l'espèce, essentiellement grâce à l'importance de la superficie des habitats littoraux. En Guadeloupe, il est présent sur la Basse-Terre, la Désirade, les Saintes et les îles de la Petite-Terre.

Écologie :  régions côtières du niveau de la mer jusqu'à 300 m d'altitude. En Guadeloupe, l'espèce habite les broussailles sèches, les forêts littorales sèches, les ravines humides coupant les bananeraies et la mangrove d'arrière plage, même très dégradée. Sur les îles sèches, elle est inféodée au littoral.

Biologie : reptile végétarien. Sur les îles sèches, il apprécie particulièrement le Poirier, le Mancenillier, le Clerodendron, le Mapou, le Gaïac et les Capparis sp (Bois couleuvre). Sur la Basse-Terre, c'est une liane « patate sauvage » (Ipomoea tiliacea) qui a sa préférence.

Le régime alimentaire de l'Iguane des Petites Antilles varie avec les saisons : il se compose plutôt de feuilles au Carême, et davantage de fleurs ou fruits de divers arbres et buissons durant l'Hivernage.

Les femelles gravides semblent migrer vers leur lieu de naissance afin d'y pondre. Elles ont besoin de zones sableuses, drainées et ensoleillées, où elles forment un nid en tunnel de 1 m de long. Les nouveau-nés quittent le nid en pleine saison humide alors que la végétation est abondante.

Iguane des Petites Antilles (photo : Merlin/asfa)

Importance numérique : la population totale d'Iguanes des Petites Antilles est estimée à 30 / 40 000 individus.
L'effectif de l'espèce à Petite-Terre (12 000 individus en 1995, à l'apogée du développement de la population) est comparable à celui de la Dominique. Petite-Terre rassemble plus du tiers de la population mondiale de l'espèce. Ces îles de la Petite-Terre abritent la plus forte densité d'Iguanes des Petites Antilles : 88 individus /ha en 1995.
L'Archipel guadeloupéen héberge plus de la moitié des effectifs mondiaux d'Iguanes des Petites Antilles.

Statut : espèce endémique des Petites Antilles en forte régression. Le déclin de la population est supérieur à 10 % par génération pour les deux dernières générations et il n'existe que deux populations d'effectif supérieur à 5 000 individus (celles de la Dominique et de Petite-Terre.
Les critères « taille des populations » et « facteurs de menace » permettent de classer l'espèce dans les différentes Catégories UICN : 

-      L'Iguane des Petites Antilles est une espèce éteinte à Barbuda, Nevis, Saint-Christophe, ainsi qu'à Marie-Galante, les îles Fourchue, Chevreau, Bonhomme, Toc Vers, et Frégate (Saint-Barthélemy).

-      L'espèce est gravement menacée d'extinction en Grande-Terre, aux Saintes, à Saint-Martin, Antigua, Anguilla, Saint-Eustache. Il y a 50 % de risques d'extinction de l'espèce dans les deux générations suivantes.

-      Elle est menacée d'extinction à Basse-Terre (répartition supérieure en Côte sous le vent), Saint-Barthélémy, à la Martinique et sur son îlet Chancel. Ces îles ont connu une diminution d'effectif de l'Iguane des Petites Antilles d'au moins 50 % au cours des 3 dernières générations.

-      L'espèce est vulnérable à la Dominique, à la Désirade. Chaque île abrite une population inférieure à 10 000 individus. 


Menaces : si l'Iguane des Petites Antilles a pu survivre aux perturbations climatiques majeures telles les cyclones (bien que les ouragans Luis et Marylyn aient perturbé la dynamique de la population), les facteurs anthropiques le menacent sérieusement.

La destruction des habitats : les îles les plus cultivées sont celles où l'Iguane des Petites Antilles a disparu ou ne subsiste que sous forme de petites populations. Depuis la colonisation, son biotope originel s'est considérablement altéré à cause de l'agriculture (plantations de canne à sucre), l'exploitation du bois, le surpâturage par les petits ruminants, l'urbanisation du littoral et autres aménagements côtiers à des fins touristiques.

Le braconnage : c'est une pratique encore courante en Guadeloupe.

Le trafic routier : sont d'autant plus cruellement victimes les femelles gravides en migration vers les sites de ponte côtiers (fin Carême) et les petits quittant le nid (début Hivernage).

L'introduction d'espèces prédatrices de jeunes (les chats et chiens notamment). Elle subit également la compétition de l'Iguane vert ou Iguane commun (Iguana iguana), espèce anthropophile et opportuniste en pleine expansion.

Enfin, l'hybridation de l'Iguane des Petites Antilles  avec son seul congénère l'Iguane vert est un facteur déterminant de la raréfaction de l'espèce. Pour Michel Breuil, c'est le facteur principal de la disparition d'Iguana delicatissima aux Saintes. Sur Basse-Terre et grande-Terre l'Iguane vert fait disparaître les dernières populations d'Iguanes des Petites Antilles.

Seules les îles de Saint-Barthélemy, de Petite-Terre et de la Désirade, tout comme la Dominique, ont échappé pour l'instant à l'introduction (naturelle ou du fait de l'homme) et à la colonisation de l'Iguane vert.

En savoir plus :
Breuil M. - Histoire naturelle des Amphibiens et Reptiles terrestres de l'archipel Guadeloupéen. Guadeloupe, Saint-Martin, Saint-Barthélemy. Patrimoines Naturels, 54, Paris, SPN / MNHN. 2002, 339 pp.

Voir les commentaires

Published by l'asfa - - Lézards

anolis mangeant un jeune hémidactyle (Photo : b Ibéné)

 

 

 

 

Le peuplement herpétologique de l'arc antillais est riche en terme de diversité spécifique. En effet si chaque île possède relativement peu d'espèces de reptiles, cette pauvreté est compensée par un endémisme marquée. Ce peuplement se compose en majorité d'espèces originaires d'Amérique du Sud. En revanche, la contribution des Grandes Antilles dans l'origine du peuplement herpétologique des îles du Nord (dont Saint-Martin et Saint-Barthélemy) est importante.

Améive de Plée (Saint-Barth). Photo : B Ibéné

L'Archipel guadeloupéen possède avec Grenade le peuplement en reptiles le plus riche des Petites Antilles : 5 espèces de tortues térrestres, 20 de lézards (plus 3 taxons éteints), 7 de serpents (espèces indigénes et introduites sont comptabilisées)

Anolis à tête marbré "zandoli"  mâle, un anolis endémique très commun.

 



Reptiles endémiques de la Guadeloupe et des Petites Antilles:

Espèces endémiques de l'Archipel guadeloupéen 

- l'Anolis à tête marbrée   Anolis marmoratus ssp.

- l'Anolis des Saintes   Anolis (marmoratus) terraealtae°

- l'Anolis de la Désirade   Anolis (marmoratus) desiradei °

- l'Anolis de Petite-Terre   Anolis (marmoratus) chrysops°

- l'Anolis de Kahouanne   Anolis (marmoratus) kahouannensis°

- l'Anolis de Marie-Galante   Anolis ferreus

- l'Anolis de Saint-Martin   Anolis pogus (DN)

- le Sphaerodactyle bizarre   Sphaerodactylus fantasticus*

- le Typhlops de la Guadeloupe Typhlops guadeloupensis

- le Typhlops de Saint-Barthélémy   Typhlops annae (DN)

 
Espèces endémiques des Petites Antilles présentes en Guadeloupe:
 
- l'Iguane des Petites Antilles   Iguana delicatissima

- l'Ameive de Plée   Ameiva plei (DN)

- le Sphaérodactyle d'Anguilla   Sphaerodactylus sputator (DN)

- l'Anolis d'Anguilla    Anolis gingivinus (DN)

- la Petite couresse   Liophis juliae

- la Couleuvre d'Anguilla   Alsophis rijgersmaei (DN)

- la Couresse de Guadeloupe   Alsophis antillensis


 

 ° certains auteurs considèrent encore ces espèces comme des sous-espèces de A. marmoratus.

* 2 sous-espèces sur les 9 sont présentes en Dominique et Martinique.

(DN) : Dépendances du Nord 

 

Anolis de Saint-Barthélemy endémique de l'île.


Plusieurs espèces ont été introduites. C'est le cas du Mabouya domestique (Hemidactylus mabuia) qui n'est pas considéré comme un espèce invasive.

Thécadactyle à queue épineuse (Thecadactyle rapicauda) et un mabouya domestique (Hemidactylus mabuia) bien plus petit.  Photo : B Ibéné

Le statut indigène ou introduit reste incertain pour les tortues présentes en Guadeloupe,  aussi bien pour les espèces terrestres comme la Tortue charbonnière (Chelonoidis carbonaria), que pour celles palustres, comme la Trachémyde de Porto-Rico (Trachemys stejnegeri) ou la Péluse de Schweigger (Pelusios castaneus). Il s'agirait de toute façon d'introductions anciennes (certaines depuis les Arawaks), et ces espèces sont maintenant considérées comme patrimoniales.

En revanche, l'opportuniste et envahissante Trachémyde à tempes rouges appelée « Tortue de Floride » (Trachemys scripta elegans), d'introduction récente est compétitrice des autres espèces.


En savoir plus sur l'herpétofaune des Antilles 

http://www.mnhn.fr/publication/spn/cpn54.html

Breuil M. - Histoire naturelle des Amphibiens et Reptiles terrestres de l'archipel Guadeloupéen. Guadeloupe, Saint-Martin, Saint-Barthélemy. Patrimoines Naturels, 54, Paris, SPN / IEGB / MNHN. 2002, 339 pp.

Voir les commentaires

Composition de l'exposition de l'ASFA

"Le pic de la Guadeloupe une espèce unique au Monde "

Toto bwa, Tapè,  Toc toc notre dernière espèce d'oiseau endémique

 

  • - 25 panneaux photos (60 x 40 cm) illustrant différents aspects de la biologie du Pic de la Guadeloupe

  • - 6 superbes kakémonos (Baches pvc de 2MX0,80)

  • - Un film video de 10 min (un couple de pics nourrissant sa nichée)
  • - un diaporama powerpoint
  • - une carte de répartition de l'oiseau en Guadeloupe
  • - une carte de répatition des cousins pics (Melanerpes) des îles de la Caraibe
  • - un atelier autour du nid : un nid récupéré d'un arbre tombé naturellement, des panneaux pédagogiques
  •  
  • - sonorisation : différents sons du Pic de la Guadeloupe (cris, martèlements, tambourinage)
  • - un atelier dessin "dessine-moi ton tapè"

LES TEXTES DES KAKEMONOS :

 

 

 


KAKEMONO 1 : Ma carte d’identité 

Je suis une espèce endémique*:

je vis en Guadeloupe et nulle part ailleurs au Monde !

Nom commun : le Pic de la Guadeloupe

Nom scientifique : Melanerpes herminieri

Noms créoles : toto-bwa, tapè, tapeur

Nom anglais : the Guadeloupe Woodpecker

Mon portrait : de couleur noire, ma gorge et mon ventre sont rouges et mon dos plutôt bleuté.  Le mâle a un bec plus long que la tête tandis que le bec de la femelle est de même longueur que sa tête.

Mensurations :  26 à 28 cm de long pour 70 à 96 grammes. Oiseau robuste, musclé, griffu, je ne vis que dans les arbres.

Mon langage : j’utilise au moins 8 vocalisations différentes pour communiquer avec ma famille et les intrus.

Mon cri habituel est un “WA WA“ rauque, facilement audible.

Mon espérance de vie : une dizaine d’années.


KAKEMONO 2 : Mes habitats

Je vis dans tous les types d’habitats forestiers de la Basse-Terre et de la Grande-Terre, du niveau de la mer jusqu’à 1 000 m d’altitude. Peu farouche, je suis facilement observable dans :

- la forêt humide de la Basse-Terre 

- la forêt semi-décidue sur sol volcanique(côte-sous-le vent)

- la mangrove et la forêt marécageuse  

- la forêt semi-décidue sur sol calcaire :
 milieux boisés de la région des Grands-fonds, même près des maisons

J’occupe le même territoire toute l’année dont la superficie est de 3ha en moyenne. S’il reste suffisamment boisé (1 ha au moins) pour subvenir aux  besoins de ma petite famille, j’y resterai  toute ma vie !
Je suis un bioindicateur de la qualité des milieux boisés :  mon omniprésence dans un site signifie que la forêt y est bien préservée.
Au contraire, mon départ est un signe d’ une dégradation de l’état de santé de la forêt.


KAKEMONO 3 : Mon alimentation

Mon régime alimentaire omnivore est très éclectique   (petites proies animales, fruits...) mais je suis complètement dépendant des arbres pour me nourrir.

Fruits.

Je me nourris d’une vingtaine de fruits différents.  Je les avale entiers comme les fruits du Palmier latanier, ou je les cale dans une fissure pour les décortiquer  : prunes mombins, raisins bord de mer,  quenettes...  S’ils sont plus gros, j’en extrais directement la pulpe ou le jus :  cythères, sapotilles, goyaves, mangues, papayes, fruits à pain,  fruits de bois canon...

Proies animales.

Je me nourris essentiellement  en piquant et creusant  dans les arbres morts afin d’y déloger et capturer avec ma langue extensible : larves d’arthropodes xylophages, termites, et fourmis. Je capture également des sauterelles, des blattes,  petits escargots, grenouilles et anolis  que j’amène à mes petits (source de minéraux et calcium).


KAKEMONO 4 : Ma reproduction


KAKEMONO 5 : Mes ennemis

Je figure sur la liste rouge mondiale des espèces menacées ! La principale menace qui pèse sur mon espèce : la déforestation. La perte de mon habitat est si importante dans les Grands-Fonds que  je risque de disparaître de la Grande-Terre d’ici une dizaine d’années ! Disparition de l’habitat boisé du Pic en Grande-Terre :   défrichements pour les cultures vivrières, le pâturage,  l’ urbanisation, ... l’ excavation des mornes pour les carrières de tuf et les constructions anarchiques...  Je suis également menacé par l'usage des pesticides qui m’empoisonnent. Les rats sont mes principaux prédateurs : ils mangent mes oeufs et peuvent s’installer dans mon nid 


 

KAKEMONO 6 : Aidez-moi à ne pas disparaître

1. Sauvegardez les milieux boisés

2. Ne coupez pas les arbres morts

3. Repérez mes nids et protégez-les des rats

4. N’utilisez pas de pesticides en milieu naturel 

5. Militez au sein des associations de défense de la Nature

6. Faites- moi connaître autour de vous 

En sauvegardant mon milieu naturel vous préservez également la cadre de vie des générations futures !

En savoir plus sur notre tapè :

 la monographie de Pascal Villard sur le Pic  dela Gudeloupe.SEOF.1999.

Voir les commentaires

Toujours plus de bétonnage du littoral guadeloupéen !

les travaux de construction du port l'Anse Dumont (Saint-Felix, Gosier) :

ont (re)commencés !!

 

remblais de la lagune de mangrove

Encore une mauvaise nouvelle pour la protection des milieux naturels guadeloupéens :

les travaux de l'anse dumont ont recommencé malgré la protection forte du site par la loi littoral (le site est classé site remarquable du littoral au titre de Loi N86-2 du 03/01/1986, Art L146-6, Art 146-1, R146-2 du Code de L'Urbanisme), les avis défavorables de certains services de l'Etat et les autres irrégularités du dossier (dossier jugé irrecevable au titre de la loi sur l'eau, non consultation de la commission nationale des ports, lancement de l'appel d'offre avant même de l'ouverture de l'enquête publique ...).

De plus ces travux ne sont PAS CONFORMES au plan affiché sur le site et aux plans proposés dans le dossier consultable en mairie :

- un remblais de la lagune de mangrove a été éffectué par les engins construisant la digue élargissant ainsi le parking aux dépens de la lagune !

- on nous annoncait un ponton en bois :: il est en tuff !

- la digue Est prends naissance plus au Nord au pied de la falaise. Elle remplace d'ailleurs une digue réalisée par un particulier.

- à suivre...

Septembre annonce aussi le retour des oiseaux migrateurs nord américains en halte migratoire ou passant tout leur hivernage sur la lagune ...

Nous constatons déja un certain regroupement des pêcheurs à la ligne sur la digue Ouest en construction. Nous sommes inquiets pour la colonie de pélicans bruns de Saint-Félix. En effet, une telle concentration de pêcheurs à la ligne augmente le risque d'ingestion de hameçons par des pélicans ou des frégates. "Accidents' malheureusement fréquents en Guadeloupe, mortels dans la plupart des cas pour les oiseaux. 

Vive le développement durable , le tourisme durable et la protection de la Biodiversité...autant de jolis mots qui se traduisent concrètement chez nous par le mépris de certains élus locaux pour nos milieux naturels fragiles et menacés...mais dont faut-il le rappeler, nous avons besoin !

Anse Dumont ,photo:  google earth

Rappelons la position de l'ASFA face au projet:

 
1/ le projet : plus une  marina qu'un port de pêche

Nous pensions qu'il s'agissait de l'aménagement du mouillage utilisé par quelques pêcheurs en petit port de pêche et que cela ne concernerait que la partie Est de l'Anse Dumont.
La découverte du projet proposé en Mairie fait apparaître qu'il s'agit en fait d'un projet d'envergure qui concerne toute l'anse Dumont. Il se rapproche d'une véritable marina !  Le plan grossier du projet montre :

-  2 digues gigantesques de 120 m de long fermant l'anse et coupant la ligne d'horizon

une route de 8 m de large entraînant la disparition de la saline et de la mangrove attenante et remontant la petite falaise (pour le passage des engins de construction de la digue ouest).

Les travaux prévus sont colossaux : dragage conséquent à 2m50, 10 000 tonnes d'enrochement, 4 500 m 3 de terrassements en remblais

 


2/ le projet ne respecte pas la protection légale du site coté ouest

 

 

 Le projet empiète dans sa partie ouest :

- sur une ZNIEFF (Zone Naturelle d'Intérêt Ecologique Floristique et Faunistique) regroupant les biotopes représentatifs des côtes de la Grande-terre et abritant plus de 70 espèces de plantes phanérogames et 30 espèces d'oiseaux.

- sur  une zone protégée répertoriée  comme Site Remarquable du littoral au titre de la « loi littoral » (Loi N86-2 du 03/01/1986, Art L146-6, Art 146-1, R146-2 du Code de L'Urbanisme) et repris à ce titre dans le Schéma d'Aménagement Régional comme milieu naturel à préserver.

La zone menacée par le projet comprend la saline d'arrière-mangrove, une  frange de mangrove arborescente (palétuviers), et la petite falaise en cours de restauration (« revégétalisée » par l'ONF, soustraite au passage des voitures).

 
3 /Une notice d'impact sur la faune terrestre insuffisante

Extrait de la notice d'impact sur l'environnement du projet consultable en mairie réalisée par Caraïbe environnement  (15/12/2003)

 « Le littoral de l'Anse Dumont n'est pas pourvu d'une végétation particulière. En effet, ses caractéristiques, littoral étroit type falaise ne favorisent pas la croissance d'une végétation dense particulière. C'est donc un littoral peu végétalisé dans son ensemble, avec quelques arbres épars au niveau de la plage, type raisiniers bord de mer. Il n'y a pas de faune particulière qui niche sur le site : on rencontre surtout une avifaune commune, petits oiseaux type merle ou pipirit » (P. 19 chap. 4.4.3 : la végétation et la faune terrestre).


Concrètement, cette analyse est complètement erronée :

· L'Inventaire des espèces est incomplet

Depuis plusieurs années nous suivons régulièrement l'avifaune de ce marais et avons inventorié pour la seule saline 12 espèces d'oiseaux dépendant des Zones Humides :

     Sédentaires 

- Grèbe à bec bigarré Podilymbus podiceps  (« plongeon »)

- Gallinule poule d'eau Gallinula chloropus ("poule d'eau")

poule d'eau sur son nid (Photo prise sur la lagune de st Félix)


- Héron vert Butorides virescens, (« kio »)
- Petit Blongios Isobrychus exilis, (« kio jaune »)

 Ces 4 dernières espèces sont nicheuses sur le site ! (lagune, cypéracées, palétuviers aux abords de la saline)

 

- Bihoreau violacé Nyctanassa violacea, (« crabier »)
- Aigrette neigeuse Egretta thula,

                                                                    aigrette neigeuse (phto : B Ibéné)


- Aigrette tricolore Egretta tricolor,
- Sarcelle à ailes bleues Anas discor

     Migrateurs :

- Martin pêcheur d'Amérique, Ceryle alcyon

martin pêcheur d'Amérique migrateur régulier (Phto : b ibéné)


- Aigrette bleue Egretta caerulea, « petit heron bleu »
- Grand Héron Ardea herodias,  « Crabier radar »,

 

 

  


- Grande Aigrette Ardea alba,  « crabier blanc »,

 

 

  

Il faut y rajouter tous les oiseaux terrestres de la partie forestière et arbustive : une vingtaine d'espèces (Coulicou manioc, Ani à bec lisse, Saltator gros bec, parulines migratrices) dont le Pic de la Guadeloupe (endémique de la Guadeloupe).

Oubliée également de la notice d'impact la colonie de Pélicans bruns de l'anse Dumont que de nombreux promeneurs prennent plaisir à observer, notamment lors de leurs plongeons verticaux de plusieurs mètres de haut.

· L'Impact du projet sur la biodiversité terrestre est minimisé :

Le projet entraînera une perte de biodiversité du site : perte d'habitat pour des oiseaux inféodés aux zones humides, perte de site de nidification pour certaines espèces et fragilisation du statut de conservation de certaines espèces comme le Petit Blongios, espèce nicheuse rare et très vulnérable.
Manque complètement de cette notice, l'étude de l'impact des travaux d'une part et de l'augmentation du trafic maritime d'autre part généré par la marina (bateaux, scooters de mer) sur l'avifaune et ses habitats (altération de la saline et la mangrove).


4/Le projet de port contrarie l'installation d'un Observatoire ornithologique ouvert au public :

La saline de l'Anse Dumont accueille une avifaune si riche que L'ASFA a initié avec le Conservatoire du Littoral (propriétaire des lieux), le projet d'observatoire ornithologique implanté au niveau du parking, afin que chacun puisse découvrir les oiseaux de mangrove.
Le site s'y prête à merveille puisque de ce point de vue, il est aisé d'observer de près les oiseaux de la lagune, en action de pêche, de toilettage, au repos et même pour certains en nidification; de plus, il est intégré au sentier de découverte du littoral menant de la pointe Canot à la plage des Salines et offrant aux nombreux promeneurs et joggers sa richesse naturelle et sa quiétude.
L'observatoire ornithologique est ouvert à tous - scolaires, grand public, touristes - et également accessible aux personnes à mobilité réduite ; c'est une première en Guadeloupe !

 
En conclusion, L'ASFA :

- s'oppose fermement au projet actuel qui porte atteinte à la  biodiversité de ce site naturel protégé ;

- considère que ce projet n'est pas réellement réalisé en faveur des pêcheurs. Au contraire : en dégradant les récifs coralliens présents de l'anse Dumont à la pointe Canot et la mangrove (remblais de la lagune, mise en suspension de matières), il portera atteinte à « la ressource », les poissons de mer !.

- demande aux autorités concernées de faire réaliser une expertise sérieuse de l'impact sur l'environnement ;

- propose au maître d'ouvrage une réelle concertation avec les associations, pêcheurs, résidents et le Conservatoire du Littoral (propriétaire d'une partie du site) afin de parvenir à un projet qui tout en respectant la nature, satisfait la finalité d'un port de pêche. Nous penchons plus pour la construction d'un petit port de pêche à partir du mouillage existant à l'Est de l'Anse Dumont, en préservant en l'état sa partie ouest.

 

                                                     La Présidente de l'ASFA,

                                                                      Béatrice Ibéné

Voir aussi l'avis de Marcel Moueza sur le site Guadeloupe littoral :

http://www.ag50pas-guadeloupe.fr/Archive_Compilation_N10Mars06.htm

Voir les commentaires

Published by l'asfa - - Catastrophe à l'Anse Dumont

<< < 1 2 3 4 5 6 7 > >>
Haut

Faune Guadeloupe

Site officiel de L'ASFA : L'Association pour la Sauvegarde et la réhabilitation de la Faune des Antilles. Etude et Conservation de la Faune sauvage terrestre de la Guadeloupe et des Petites Antilles : amphibiens, reptiles, oiseaux, mammifères (chauves-souris). Sensibilisation et alerte du public et des autorités sur les menaces qui pèsent sur cette biodiversité, singulièrement sur nos espèces endémiques (dégradation des habitats naturels, chasse, pollutions, espèces exotiques envahissantes, ...). Une association libre et indépendante de défense et de préservation de ce patrimoine unique et irremplaçable !!

Hébergé par Overblog